Kisangani: des voix se lèvent pour dénoncer le manque de l'électricité

C'est depuis plusieurs semaines que la grande partie de la ville de Kisangani vit dans une obscurité totale.

La centrale hydroélectrique de la Tshopo ne fonctionne plus qu'avec une seule turbine qui produit à peine 2 mégawatts. Difficile pour la Société Nationale d'Electricité de satisfaire le besoin de la population en fourniture électrique.

Révolté par cette situation qui laisse transparaître un délaissement par les autorités au niveau national, le collectif Kisangani veut du courant a lancé la campagne lundi bougie.

Plusieurs bougies ont été allumées par les militants adhérant à ce mouvement de mobilisation pour exprimer le ras-le-bol de la population boyomaise.

Une tribune d'expression populaire est également annoncée par le Collectif Kisangani veut du Courant pour permettre à la population d'exprimer leur indignation face à la pénurie du courant dans la ville de Kisangani.

Comme-ci cela ne suffisait pas, la Snel annonce une interruption totale de la fourniture en électricité le samedi 16 octobre prochain sur toute l'étendue de la ville suite aux travaux de contrôle des protections au poste-élévateur.

Visiblement la solution pour le rétablissement de l'électricité dans la ville de Kisangani semble loin d'être trouvée. À l'issue d'une visite de courtoisie et de civilité, une délégation de la Snel venue de Kinshasa avait précisé que les travaux de réparation de la pièce de la centrale hydroélectrique de la Tshopo envoyé à Likasi dans le Haut-Katanga évoluait normalement. La délégation n'avait toutefois pas précisé à quand le retour de la pièce à Kisangani ni moins à quand le rétablissement du courant dans la ville de Kisangani.

Pompon BEYOKOBANA, à Kisangani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *