Kinshasa/Violence basée sur la femme : les élèves du Lycée Motema Mpiko sensibilisées sur les lois en la matière par J.Mabunda

Jeanine Mabunda devant les Lycéennes de Motema Mpiko. Ph de tiers.

La présidente honoraire de l'Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, a sensibilisé, le mardi 14 décembre, les élèves finalistes du Lycée Motema Mpiko dans la commune de Kasa-Vubu à Kinshasa, sur les violences faites à la femme en général et la jeune fille en particulier.

L'ancienne conseillère du Président honoraire de la RDC sur les violences basées sur la femme, s'est inspirée du dicton selon lequel, "la jeunesse est l’avenir de la nation", d'où lui apprendre et lui inculquer ses droits et devoirs.

En effet, l'élue de Bumba, qui se préoccupe de la jeunesse congolaise a voulu échanger avec ces filles qui seront les prochaines cadres de la RDC, Afrique et du monde entier. Ne dit-on pas: "éduquer une femme, c'est éduquer toute une société"!

Sur place, après le mot de bienvenue par l’une des élèves finalistes, Jeanine Mabunda a fait un bref exposé sur la situation de la fille en RDC. "De pratiques rétrogrades de certaines coutumes aux abus des hommes sans scrupules, la situation de la femme et fille dans le monde n’est pas toujours flatteuse", explique-t-elle.

Intéressées du sujet de leur hôte, les lycéennes ont adopté un style participatif. Pour ce, quelques élèves ont d'abord expliqué leur choix professionnel du futur.

"Certaines veulent devenir médecins, d’autres ingénieurs et même des professeurs d’anglais", apprend-t-on.

Pour sa part, l'ancienne présidente de la chambre basse du parlement congolais, les a encouragé en expliquant que cette vision doit avoir comme soubassement les études bien faîtes. Et pour y arriver, Jeanine Mabunda a exhorté les filles à "etre appliquées, sérieuses, patientes et déterminées".

"L’éducation est la clé du bonheur. C’est la voie la mieux indiquée pour atteindre le sommet", a-t-ele insisté.

Par ailleurs, concernant les violences faites aux femmes et jeunes filles, la présidente honoraire de l’Assemblée nationale a expliqué quelques lois congolaises qui répriment ces pratiques qui conduisent leurs auteurs en prisons.

"Ce que le garçon est capable de faire, la femme le peut aussi", a soutenu l’élue de Bumba qui a illustré cela par plusieurs exemples et même de témoignages personnels.

De leur côté, les élèves finalistes du Lycée Motema Mpiko ont posé plusieurs questions pratiques qui les ont permis de bien comprendre l’exposé, essentiellement basé sur l'éveil de la jeune fille dans une société en pleine concurrence où seule la compétence compte.

Notez qu'avant de se séparer avec leur hôte du jour, les Lycéennes ont plaidé pour que les mêmes échanges soient étendus à d'autres Lycées et pourquoi pas dans des collèges. Et ce, pour un réveil de la jeune fille scolaire.

Liévin LUZOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *