Kinshasa/Proposition de loi sur la dot : les étudiants de l'IFASIC s'expriment

À travers un micro-trottoir d'Election-net-com de ce vendredi 23 juillet, les étudiants de l'Institut facultaire des sciences de l'information et de la communication (IFASIC) à Kinshasa/Gombe, ont réagi sur la proposition de loi du député Daniel Mbau, fixant la dot à 500$ en milieux urbains et 200$ en milieux ruraux.

Asaph Maonda étudiant et éducateur de la société s'abstient de dire oui ou non à l'adoption de cette loi qu'il estime de diviser certaines familles. Il sollicite aux députés de s'impliquer sur le côté social.

"Je suis ni pour et ni contre suite à la division que créée cette loi dans certaines familles, faudra d'abord penser à améliorer les secteurs socials des congolais. Ceux là ne vont plus considérer le mariage comme une opportunité de s'enrichir".

D'autres par contre, sont d'accord avec cette loi, "je suis d'accord avec le député Daniel Mbau parce que plusieurs des nos soeurs ne se marient pas à cause de l'exagération de la dot", s'est ainsi exprimée Eunice Atundu étudiante en première licence.

L'étudiante Mbayo Lina de la même promotion qui pense quant à elle que le mariage en réalité n'a rien avoir avec l'argent.

"Ils doivent lutter pour prôner l'amour et non discuter sur les montants de la dot", dit-elle.

D'autres encore pensent que ça relève de l'exercice de la démocratie.

"Il Faudra qu'on laisse faire connaître la teneur de cette loi de dot et d'en discuter afin de nous donner de l'éclairage", a dit Djo Kabika étudiant.

À lui de poursuivre :

"Il y a un problème dans la société, nous avons l'impression d'acheter des femmes, que la loi passe au niveau de l'assemblée nationale et que les élus nationaux en discutent".

Notez que cette loi fixe aussi des pénalités sur le non respect du délai des fiançailles.

Dadie Zamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *