Kinshasa / Pétition contre Mabunda : la prochaine étape, selon Daniel Mbau

Daniel Mbau, Député national de la République Démocratique du Congo/ photo Enet/ Lievin Luzolo

Comme annoncé, les députés nationaux signataires de la pétition pour déchoir le bureau de l’assemblée nationale, vont déposer la dite pétition ce samedi 5 décembre 2020.

Présent à l'hémicycle, le député MLC Daniel Mbau a tenu à donner quelques éclaircissements quant à cette démarche.

Dans une interview accordée à Electionnet.com, Daniel Mbau révèle que cette démarche initiée par les élus du peuple qui a déjà connu la participation de plus des 250 Députés, est signe du temps qui annonce une nouvelle majorité parlementaire qui se désigne en République démocratique du Congo (RDC).

"Aujourd'hui en réalité c'est le tournant de l'histoire, il y'a une nouvelle majorité qui est en train de se construire et d'émerger en RDC, et aujourd'hui c'est le moment de la cristallisation des grands espoirs pour tous les congolais, nous allons procéder au dépôt en bon et du forme" dit-il au micro d'Electionnet.com avant d'expliquer la démarche juridique qui s'ensuivra après dépôt de la pétition.

" Sur le plan juridique, Conformément à l'article 31, c'est le doyen d'âge et les deux collègues les moins âgés qui vont convoquer et présider la plénière au cour de laquelle nous statuerons sur le mérite de cette pétition et la conséquence logique est déjà connue parce que, on est au-delà de 251 signatures, c'est un désavoue politique et ce désavoue, juridiquement va se cristalliser en termes de déchéance", estime-t-il.

Ce dernier appelle le peuple congolais à se mobiliser comme un seul homme au cas où la présidente de l'assemblée nationale Jeanine Mabunda venait à saper là l'article 31 du règlement intérieur de l'assemblée nationale.

"Si Madame Mabunda par absurde, venait à sabrer les dispositions pertinentes de l'article 31 en convocant, soit la conférence de président ou une plénière au cour de laquelle elle-même se payera le luxe de statuer sur sa propre cause, nous nous disons ceci, nous pétitionnaires, que cette plénière sera considérée comme plénière irrégulière et nous appelons la population à barrer toute initiative allant dans le sens à vouloir accompagner une dynamique qui violerait notre règlement intérieur" conclut-il.

Joël Mesa Nzuzi et Liévin Luzolo