Kinshasa/pétition contre le bureau de l'Ass. Nat.:"l'État de droit est-il compatible avec la corruption en plein jour ?", François Nzekuye

François Nzekuye, Ph. Enet

Réagissant à la presse sur la démarche de ses collègues députés nationaux signataires de la pétition contre le bureau de l'Assemblée nationale, le député national François Nzekuye du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), estime qu'il y a aujourd'hui des questions de fond qu'ils doivent se poser.

"D'abord l'État de droit, est-ce qu'il est compatible avec la corruption en plein jour ? Est-ce que nous pensons qu'il faille changer une majorité à coût des dollars en violant la volonté populaire ? Le peuple a voté Félix Tshisekedi comme Président de la République, il nous a voté le même jour comme députés nationaux. Est-ce qu'il appartient au camp de Tshisekedi de se substituer à la population qui nous a élu, pour pouvoir agir à son nom ? Est-ce que ce n'est pas plus légitime de demander au peuple de se prononcer encore, soit par des élections générales anticipées, ou attendre comme dans tous les pays civilisés que le peuple vous légitime", demande-t-il aux pétitionnaires.

Il dit en outre avoir l'impression que "dans notre pays, on aime prendre le peuple en otage où on se croit être maître du peuple. Mais le peuple se prononce tous les cinq ans, et nous devons attendre en 2023 qu'il se prononce, pour nous dire qui sera Président de la République, quelle majorité ira à l'Assemblée nationale, c'est ça le respect des textes. Toute autre chose, c'est l'anarchie, qu'on veut instaurer dans ce pays", a-t-il conclu.

Liévin Luzolo et Kilikumbi Lusumbasumba Isaac