Kinshasa : les épouses des policiers sensibilisées sur le cancer du sein et de l’utérus

Stéphanie Kabika Kayotte (1è de droite à gauche) présidente de la fondation, FKK. Ph de tiers.

Les femmes des policiers du Camp Lufungula dans la commune de Lingwala à Kinshasa et leurs filles ont été sensibilisées sur les risques du cancer du sein et de l’utérus.

C’était à l’initiative de la Fondation Kayotte Kabika Fkk, qui a effectué le week-end dernier à Kinshasa, une descente dans l’hôpital de référence de Camp Lufungula. Au cours de cette cérémonie, la présidente de cette Fondation a encouragé les femmes à se faire dépister afin de prévenir cette maladie et assurer une meilleure prise en charge avant que le pire se déclare.

L’occasion faisant le larron, Stéphanie Kabika Kayotte, la présidente de la Fondation FKK, a pris en charge une dame atteinte du cancer de l’utérus sur place à l’hôpital du Camp. Elle l’a ensuite confié au médecin traitant pour les soins appropriés.

“Par rapport à la lutte que nous menons, nous avons souhaité rencontrer le médecin soignant de cette maladie et visiter les malades, qui sont ici. Et voir dans quelle mesure la Fondation FKK peut accompagner les malades, et nous avons amené une dame malade touchée par le cancer de l’utérus que nous avons confié au docteur et elle sera prise en charge par notre Fondation”, a déclaré la présidente de la Fondation FKK Stéphanie KABIKA.

Stéphanie Kabika a, enfin indiqué qu’il faudrait encore plus de vulgarisation et de conscientisation des femmes sur le danger du cancer du sein et de l’utérus quand le soin approprié n’a pas été admis à temps.

Sachez que la Fondation Kayotte Kabika associe à sa lutte, contre le cancer du sein et de l’utérus, les professionnels de santé notamment les médecins afin de sauver la gente féminine de ce fléau.

Liévin LUZOLO