Kinshasa: Les dépendants des militaires et policiers ont bravé les forces de sécurité ce mardi

Ecouter cette information

Comme annoncé dans nos dernières édition, les filles,les fils et femmes des policiers et militaires réunis au sein de l’Asbl Telema Muana ya Mapinga étaient dans la rue ce mardi 14 janvier 2020 à Kinshasa pour exprimer leur ras-le-bol suite aux inégalités sociales dont ils sont victimes. Et ce, l’interdiction de cette marche par les instances des forces armés et de la police à travers un communiqué diffusé dans les médias et signé par le porte-parole Kasonga. Ils étaient plus d’une centaine ces filles,fils et veuves a bravé la canicule de ce jour doublée de la présence des éléments des forces pour les empêcher ,en marchant du rond-point Kintambo Magasin jusqu’à la cité de l’Union africaine, lieu où réside le Président de la République. L’objectif étant de faire entendre leurs voix pour que l’autorité suprême plaide en leur faveur afin qu’ils entrent dans leurs droits dictés par les lois de la république.

« Nous ne voulons pas des intermédiaires, nous sommes venus de la même façon que tout autre civil, nous sommes venus auprès du président de la république. Nous sommes les enfants et les épouses de ces messieurs (garde républicaine) qui le sécurisent matin, midi, soir, des soldats (FARDC) qui tombent à Beni et ailleurs, de ces messieurs (policiers) qui sont morts à l’Unikin, nous sommes venus pour lui dire non aux inégalités sociales », a déclaré Christella Kiakuba, présidente de l’Asbl Telema Muana Maping.

Leurs cris ont été entendus et le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi aurait pris l’option de les recevoir en délégation ce mercredi 15 janvier 2020 pour qu’il entre en possession de leur mémorandum.

Freddy Noël Tshiyoyo