Kinshasa : Le centre hospitalier Nganda ferme ses portes au malade Samih Jammal (Avocats)

Sammih Jammal à Makala. Photo de tiers

Annoncé souffrant de la tuberculose, le 8 octobre, le Centre Hospitalier Nganda, refuse de recevoir Samih Jammal pour des soins. Une annonce faite par ses avocats.

"Nous déplorons à ce jour l'attitude affichée par l'Hôpital Centre Nganda qui s'est refusé sans raison médicale de recevoir un patient venant du CPRK (centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa ndlr). Il s'agit bien de Mr Samih Jammal dont l'état de santé se dégrade au jour le jour", a dénoncé Maître Serge Lepighe Muluntwe, un des conseils de Samih Jammal.

Ce dernier déplore en outre, l'indifférence des autorités congolaises après toutes les démarches entreprises pour que leur client ait droit à des soins appropriés.

"Déjà, nous avons eu à déplorer cette indifférence des autorités congolaises dans plusieurs de nos correspondances et interventions de mes confrères, mais voilà que c'est ce Centre de grande renommée qui lui refuse l'accès alors que l'autorisation de son transfert a été accordée du dispensaire de la prison pour une bonne prise en charge ailleurs", s'indigne-t-il.

Par ailleurs, il condamne cette attitude et appelle à ce que leur client soit pris en charge.

"Cette attitude est donc inhumaine et dégradante pour la RDC qui se veut un État de droit et surtout un État respectueux des droits garantis aux particuliers", dit-il, avant d'ajouter :

"Cependant, nous espérons que les dispositions seront prises afin que le transfèrement de notre client Samih Jammal dont le péché serait d'être un sujet Libanais disposé à œuvrer pour la réalisation du projet de logement que le chef de l'État a voulu offrir aux militaires et policiers, sera vite assuré dans une structure appropriée", conclut Maître Serge Lepighe Muluntwe.

Joël Mesa Nzuzi