Kinshasa : “la procédure utilisée pour l’arrestation de Jacky Ndala a violé la Constitution” ACAJ

Jacki Ndala et Moise Katumbi. Ph de tiers.

Plusieurs réactions sont enregistrées après la l’arrestation dimanche 18 juillet de Jacky NDALA, Coordonnateur de la Jeunesse d’ ENSEMBLE pour la République, parti politique de Moïse Katumbi.

La dernière en date est celle de
l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), qui condamne cette arrestation. D’après l’ACAJ, elle viole la Constitution de la République, à son article 17.

“La procédure utilisée pour l’arrestation de Jacky Ndala, président de la Ligue des jeunes du parti politique Ensemble, a violé l’article 17 de la Constitution”, a fait savoir Georges Kapiamba, coordonnateur de cette structure avant d’appeler à sa libération ou son transfert.

” Nous exigeons sa libération ou son transfert auprès de l’autorité judiciaire”, ce, ” pour lui permettre d’organiser sa défense”, dit-il.

Il faut préciser que jusque-là, les raisons de cette arrestation ne sont pas encore connues et aucune communication de la justice n’a été faite à ce sujet.

Toutefois les appels pour sa libération se sont multipliés ces dernières 24 heures.

Joël Mesa Nzuzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *