Kinshasa/embouteillages : Chérubin Okende s'imprègne des causes et promet des solutions

Ronde inhabituelle du ministre des transports, voies de communication et de désenclavement Chérubin Okende dans tous les 4 districts de Kinshasa. L'objectif était de toucher du doigt la problématique des embouteillages, leurs causes et étudier les moyens de les juguler.

Chérubin Okende Senga, qui avait à ses côtés les élus nationaux de Kinshasa, le commissaire provincial de la police nationale congolaise, le ministre provincial des transports et le président du Groupe d'étude sur le transport a commencé par le carrefour kintambo magazin. Parkings et marchés pirates, envahissement de la chaussée par les motocyclistes, les causes des embouteillages sont nombreux et nécessite une intervention urgente.

Non loin de là, vers la station ma campagne et la chaussée de Benseke, Chérubin Okende et sa délégation ont constaté l'incivisme routier dont font montre plusieurs conducteurs. Certains se plaisent à prendre le sens contraire et d'autres utilisent des gyrophares pour enfreindre la loi. Le Commissaire Provincial de la PNC Sylvano Kasongo a, sans ménagement arraché ce gyrophare devenu un instrument de trafic d'influence.

Sur l'avenue de libération ex 24 novembre à son croisement avec Kimbondo à Bandalungwa, la chaussée est prise en otage par les conducteurs des taxis qui ont transformé les deux bandes des deux sens en parkings, rétrécissant ainsi la route. Conséquence, les embouteillages monstres se forment chaque matin et chaque soir.

Du côté du ministre des transports voies de communication et de désenclavement, le commissaire provincial de la police a sommé ces conducteurs de libérer la chaussée sous peine de subir des sanctions.

Poursuivant sa tournée d'inspection, le ministre Okende est passé par les communes de Bumbu et Selembao toujours par l'ex 24 novembre avant d'atteindre le terminus UPN. Là, les usagers de la route sont confrontés à d'autres embouteillages que de fois l'ont ne sait trouver des excuses probantes. Chérubin Okende, voulant connaître les vraies raisons des désagréments constatés à cet endroit, il découvrira par exemple qu'un contenaire pour recevoir les déchets plastiques a déposés à des endroits inappropriés. celui ci a amputé une bonne partie du parking de l'UPN.

A bord du bus Transco qui les transportait, le ministre des transports voies de communication et de désenclavement a pris la route de Matadi pour déboucher sur By pass afin d'atteindre le célèbre rond point Ngaba. Ce grand carrefour est encombré. Motocyclistes, véhicules et piétons se battent pour soit se frayer un chemin soit trouver un lieu de stationnement. Il est donc difficile que le trafic soit fluide à cet endroit.

La commission nationale de prévention routière se bat pour l'installation des panneaux et autres signaux routiers, mais elle est butée à des sérieux problèmes.

Tenez, au rond point Kihimbi à Lemba, une station service est en construction non seulement trop proche des habitations mais surtout placée à un endroit où elle empêchera aux usagers de bien cerner les signaux qui doivent être placés au croisement Kihimbi et By pass.

Dans le district de la Tshangu, le ministre des transports, voies de communication et de désenclavement a constaté que les passerelles sont carrément boudées par les piétons. Ils préfèrent courir le risque de se faire tamponner au lieu de passer par celle-ci. Celle du marché de la liberté voit même des activités commerciales y être organisées.

Sur le chemin de retour la délégation conduite par ministre des transports est passée par l'avenue des poids lourds, Limete funa puis le rond point victoire. Là encore, les agents qualifiés ont des sérieux problème avec les motocyclistes appelés communément wewa qui stationnent n'importe où et empêchent la fluidité du trafic.

De leur côté, les conducteurs des taxis et taxis bus disposent des comportements inciviques au mépris du code de la route.

C'est au rond-point huilleries que se trouve le point de chute. Cet endroit qui donne du fil à retordre aux autorités du pays depuis plus de 10 ans avec près de 5 entrées et sorties doit faire l'objet d'études sérieuses pour qu'ils cessent d'être la cause des embouteillages.

À l'issu de la ronde, le ministre des Transports, Voies de communication et de Désenclavement a promis de trouver des solutions aux problèmes d'embouteillages dans la capitale.