Kinshasa/ Dossier Olivier Mpunga : ce que vous ne saviez pas de Simon Ikamba

La mort du jeune Olivier Mpunga dans les locaux de la Direction Générale des Services Spéciaux de la Police Nationale Congolaise à Kinshasa le 19 décembre 2021 continue de défrayer la chronique au sein de la société congolaise.

Alors que le dossier est en train les mains de la justice qui cherche à connaître les circonstances réelles de la disparition de l'intéressé, la toile a repris ses droits sur cette affaire où calomnie, déshonneur, bref, une véritable campagne d'intoxication s'est depuis enclenchée pour tirer sur tout ce qui bouge autour ce dossier.

Pour ce faire, les proches de Simon Ikamba, l'entrepreneur propriétaire de la Jeep disparue avec le défunt Olivier Mpunga brisent le silence pour donner sa version des faits en vue de tenter de minimiser l'impact nocif de la campagne systématique de démolition de l'image de ce dernier.

Ci-dessous, la mise au point

La version des faits

La mort stupéfie, la mort attriste, d'aucuns soumis à la loi et celle d'Olivier MPUNGA ne nous dispense.

Nous sommes ici comme un témoin et une victime en même temps. Témoin d'un fait turbulent et victime d'un vole, qu'il nous soit sans tabou de le clamer.

Qu'il soit loin de toute intention inappropriée, car l'affaire reste à suivre et aucune trace heureusement n'est jusqu'ici dissipée.

*Détachée de sa propriété pendant près d'un mois en effet, Simon Ikamba demeurat Samaritain malgré ayant retrouvé le voleur et en bon père de famille et responsable, conduisit paisiblement l'inculpé aujourd'hui mort, devant l'OPJ sans moindre contrainte, le laissa après leurs auditions tous les deux. Ayant constaté l'engouement des agents de l'ordre pour un dossier de grande envergure, il prit malignement l'option de filmer la partie des jeux des poings des agents contre l'inculpé. Lesquelles images font les tours des reseaux sociaux , qu'il a même apportées auprès du Procureur. Signalons ici que l'inculpé a rendu l'âme et constaté mort par les agents de la cellule (Police commise à la Garde) , alors que le très pacifique IKAMBA cité à tort par certains du fait de la désinformations de la digitalisation et de certains haineux du progrès du jeune homme dormait chez lui, avec espoir de revenir dans la matinée poursuivre son dossier car, en toute bonne foi, il a proposé des gros montant au receleur pourvu qu'il soit rétabli dans ses droits. La voiture pas jusqu'ici entre ses mains, s'ajoute la mort de l'inculpé… *à la justice de dire le droit*

*Finissons cette note en insistant que sauf par mauvaise foi démesurée, que l'on soit malintentionné à quelqu'un qui perd sa *propriété* (voiture toute neuve), qui conduit sans bousculade le voleur devant l'OPJ, propose de donner au receleur la moitié de la fortune liquidée à ce fait, qui par prudence et pitié prend soin de filmer les actes qu'il a déplorés et qui revient le matin après donc tout le monde mais, premier à amener l'affaire devant le Procureur soit traité avec dédain par le grand public.

NOUS DISONS QUE SIMON IKAMBA RESTE VICTIME DANS CETTE AFFAIRE ET CONDAMNONS LA BARBARIE POLICIÈRE

Son porte parole

Le 19 décembre dernier, le commissariat de la Police Nationale Congolaise avait annoncé, le "décès tragique du défunt Olivier Punga Tshibalanda" avant de condamner ce "recours aux actes de tortures " Actes par ailleurs "isolés n'engageant pas tout le corps".

Quelques instants après, le porte-parole du Gouvernement Congolais, Patrick Muyaya avait d'annoncer l'organisation d'un procès public contre les auteurs présumés de ces actes ayant conduit au décès de l'infortuné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *