Kinshasa: "Depuis quand la justice est à la disposition d’un camp politique ?", ( Augustin Kabuya)

Augustin Kabuya, secrétaire général de l'UDPS devant ses militants/ photo tiers

En matinée politique au siège de l'UDPS à quelques heures de la prestation de serment des nouveaux juges constitutionnels, le Secrétaire Général intérimaire de l'Union pour la démocratie et le progrès social ( UDPS) a sensibilisé la base pour soutenir cette cérémonie boycottée par le Front commun pour le Congo.

Il demande à toute la population congolaise présente à Kinshasa à prendre part à la grande prestation de serment et renchérit en disant que la population ira accompagner les juges qui prêteront serment demain mercredi à leurs lieux de service, avant de s'interroger et accuser le FCC de chercher à avoir une main mise sur la justice.

"Ils sont en train de bloquer la prestation de serment de trois juges pour qu’ils commencent le travail afin de vivre réellement l’Etat de droit pour lequel nous nous battons. La Cour constitutionnelle est composée de neuf juges mais dans le contexte actuel, parce qu’il n’y a que six juges, ils ne peuvent pas siéger, il faut que les trois autres puissent prêter serment pour que l’équipe soit au complet. Où est le mal ? Ces juges ont été proposés au Conseil supérieur de la magistrature. Mais il y a eu des interférences politiques. Vous aviez suivi Lambert Mende dans une conversation avec un membre de son parti politique dire « Faites tout puisque nous ne voulons pas perdre le contrôle de la Cour constitutionnelle »" dit-il avant d'ajouter : " Depuis quand la justice est à la disposition d’un camp politique ?"

Et si l'histoire se répéter ?

Toujours devant les militants UDPS, promet de faire revivre aux congolais ce qui s'était passé un certain 17 mai à l'époque du Maréchal Mobutu.

" Demain, si vous êtes des hommes et des femmes, à 6 heures du matin, soyons tous au Palais du Peuple. Nous sommes au courant de tout ce qu’ils ont tenu comme réunion. S’ils osent demain , ils subiront ce que les mobutistes ont connu le 17 mai », a prévenu Augustin Kabuya.

A quelques heures de la prestation de serment des nouveaux juges constitutionnels, la tension ne que montée dans la capitale congolaise. Les deux plateformes politiques au pouvoir se neutralisent.

Joël Mesa Nzuzi