Kinshasa: Claude Nyamungabo sensibilise les sénateurs sur le Changement climatique.

« Informer et sensibiliser les parlementaires sur les changements climatiques ainsi que sur les outils potentiels pour les atténuer, et permettre aux parlementaires de jouer efficacement leur rôle de décideurs politiques » c'est l'objectif de la journée d'information sur les changements climatiques à l'intention des députés nationaux tenue ce jeudi 07 novembre en la salle du banquet du Palais du peuple.

Dans son mot d'ouverture, le Premier Vice- Président du Sénat, le Sénateur Samy Badibanga Ntinta, prenant parole au nom du Président de la chambre haute du parlement, a tablé in globo sur l'enorme potentiel forestier rd-congolais, la biodiversité et la forêt équatoriale, qui constituent les quelques facteurs  plaçant la RDC au sommet de la réponse climatique actuelle.

Le but de cet atelier était d'informer et conscientiser les élus nationaux et sénateurs sur les enjeux climatiques afin de susciter auprès de ceux-ci l'intérêt de voter des lois sur l'éducation et la communication environnementales en vue de favoriser in fine, le développement des énergies renouvelables.

Prenant parole après le Premier Vice-Président du Sénat,  le Ministre en charge de l'environnement et développement durable, Maître Claude Nyamugabo Bazibuhe a, en prélude de son propos, rendu hommage au Chef de l'État, Félix-antoine Tshisekedi qui traite la question environnementale avec passion.

Avec 10% des forêts tropicales du monde, ses 150 millions d'hectares de forêts, la RDC est en soi une solution efficiente à la problématique du réchauffement climatique. 

Par ailleurs, le Responsable de l'environnement en RDC, l'homme du barreau Maître Claude Nyamugabo Bazibuhe, a rassuré toutes les parties prenantes sur la détermination du pays de Lumumba à respecter ses engagements pris lors de l'accord de Paris, notamment dans la réduction de 17% des Gaz à effets de serre, mais également dans la réglementation du secteur agricole, forestier et urbain, qui contribuent de manière passive au réchauffement climatique.

Comme Pistes de solutions, l'homme fort de l'environnement congolais a suggéré le renforcement du leadership politique indispensable pour la mise en œuvre de la contribution nationale face aux enjeux climatiques mais aussi la nécessité d'une armure législative qui couvrira les choix et stratégies montés par les spécialistes du domaine. 

En présence de la Vice-Ministre, Mme Jeanne Ilunga Zaina, et des sénateurs et des députés nationaux ainsi que des ambassadeurs et des spécialistes écologiques du REDD+, la parole a circulé à tour de rôle évitant ainsi tout monopole d'expression, cela à travers une série d'interventions peu avant le jet de questions réponses.

Pour sa part, le Professeur Albert Kabasele Yenga Yenga a exposé sur les atteintes et priorités de la COP 25 à Madrid. Après lui, l'ambassadeur Kevin Conrad, directeur exécutif de la coordination des nations des forêts tropicales, a abordé la question de l'auto prise en charge de la RDC en ce qui concerne le changement climatique et les avancés réalisés par le REDD+ dans la réduction des émissions de Gaz à effets de serre. La troisième intervenante, Madame B. Kamunga a exposé sur les motifs existentiels de la coordination nationale  Rainforest pour l'éducation et la communication sur les changements climatiques.

Somme toute, le Ministre de l'environnement a rassuré l'audience sur l'élan pris par le Gouvernement congolais dans la concrétisation du rôle que la RDC va jouer en tant de dernier rempart du monde et de conservateur de l'environnement à l'échelle planétaire, facteur qui se conjugue avec la lutte contre la pauvreté en RDC.

election-net.com/ Min Environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *