Kinshasa : après la destruction illégale de la résidence du Dr Nsio Mbeta par la PNC, le Synamed dénonce

De gauche à droite : Me Oscar Mubiayi avocat du plaignant, Dr Badjoky Mankoy du Synamed et le Dr Nsio Mbeta Justus. Ph de tiers.

C’est le dimanche 11 avril que le Dr Nsio Mbeta Justus, a assisté, impuissant, à la démolition totale de sa résidence de deux niveaux, sise av. Suisse 09 bis, q/Ngomba- Kikusa, C/Ngaliema, par des agents non autrement identifiés dont un Libanais, encadrés par les éléments de la police nationale congolaise.

Pour la petite histoire, révèle le Syndicat National des Médecins, le 09 Avril 202, le Docteur NSIO MBETA Justus a été surpris par une équipe des huissiers venus exécuter un jugement rendu en 2019 par le tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe. Et pourtant, ce jugement ordonnait le déguerpissement d’un certain Monsieur Kalonji qui habite l’avenue de la Suisse numéro 9 et propriétaire de la parcelle dont le numéro du certificat d’enregistrement est repris dans ledit jugement, alors que le Docteur NSIO MBETA Justus est propriétaire de la parcelle située au numéro 9Bis de la même avenue, dans le quartier Ngomba-Kikusa avec un certificat d’enregistrement qui porte le numéro AL 530 FOLIO/118 obtenu depuis 2016. Ce certificat est différent de celui repris dans le fameux jugement.

De gauche à droite,Oscar Mubiayi, avocat du plaignant, Mankoy Badjoky sec gén National du Synamed et le Dr Nsio Mbeta Justus. P

Curieusement et malgré cette mise au point, le Docteur NSIO MBETA Justus s’est vu expulser de sa résidence avec sa femme et ses 3 enfants et tous ses biens jetés dans la rue. Une opération s’y déroulée le Dimache 11 Avril 2021 alors que tous les services de l’Etat sont sensés être fermés.

Le Dr Nsio Mbeta Justus

Le Synamed note aussi que bien avant ce déguerpissement méchant, le Docteur NSIO MBETA Justus avait rencontré le Premier Président de la cour d’appel de Kinshasa/Gombe et l’inspecteur Général des Affaires Judiciaires qui lui ont promis d’examiner minutieusement le cas le Lundi 12 Avril 2021.

Le bureau exécutif national du Synamed qui est monté au créneau ce jeudi en dénonçant cet acte, demande au Procureur général près la cour d’appel de Kinshasa /Gombe de diligenter une enquête judiciaire, enfin d’établir les responsabilités et de sanctionner de manière exemplaire, les coupables et leurs commanditaires. Au Gouvernement de la République de prendre en charge, dans les plus brefs délais, la construction d’une nouvelle résidence pour le Dr Justus le même site et de le loger temporairement à charge du trésor public et de le sécuriser face aux menaces qu’ils reçoivent.

Ces menaces qu’a dénoncées le concerné, viennent des inconnus qui promettent de l’arrêter.

“Je remercie d’abord toutes les autorités qui sont entrain de comprendre et de faire appliquer l’État de droit, que tout le monde a salué à l’avènement du pouvoir actuel. Mais comme vous aurez pu constater, personne ne peut faire ce qui a été fait s’il ne sentait pas protégé. Le dossier que nous suivons calmement et normalement par les voies judiciaires, c’est un dossier avec plusieurs fronts. Ici, nous voulons seulement relever que nous avons commencé à avoir les menaces, pour notre arrestation. Nous avons choisi notre pays contrairement à beaucoup des confrères qui sont allés ailleurs. Et, nous resterons devant la justice. Les menaces que nous avons commencées à avoir, ne nous font pas peur et nous demandons aux autorités de nous sécuriser”, a-t-il souligné.

Notez que pour l’instant, a révélé son avocat, Me Oscar Mubiayi, les autorités judiciaires ont pris les mesures conservatoires de remettre les choses à leur état initial en attendant l’examen des pièces de toutes les parties. C’est ainsi que le mardi 13 avril 2021, les huissiers de Justice ont formellement réinstallé le Docteur NSIO MBETA Justus qui, malheureusement, est entrain de passer nuit à la belle étoile avec sa famille.

Dossier à suivre !

Liévin LUZOLO