Kinshasa/1ère édition FIFAF: « l’homme n’est pas notre ennemi, mais notre allié », Irène Esambo

Irène Esambo Diata. Ph de tiers.

La Ministre déléguée près des personnes vivant avec handicap a pris part ce lundi 27 septembre 2021 à Kinshasa à la première édition du Forum International des Femmes Africaines ( FIFAF).

Pour Irène Esambo, l’homme n’est pas un ennemi de la femme mais son allié. Il faudrait travailler et mettre en place des stratégies pour travailler de manière à profiter de cette alliance.

« L’homme n’est pas notre ennemi, mais notre allié », a-t-elle affirmé, donnant à titre d’exemple le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi qui ménage d’aucun effort pour la représentativité des femmes dans la sphère de prise de décision mais aussi aux personnes vulnérables.

« Et en RDC, nous avons un allié de taille, c'est notre Président de la République qui a fait montre de quelque chose qui a dépassé l’entendement de quiconque par rapport à la participation de la femme dans la prise de décision. Il est parmi les rares président qui impose aux formations politiques de pouvoir aligner suffisamment des femmes pour qu’elles occupent les postes de responsabilité. Il ne le fait pas seulement pour la femme, mais pour toutes inégalités sociales notamment son combat pour la promotion des personnes vivant avec handicap. C’est pour vous rassurer qu’en Afrique nous avons des alliés. Et les femmes , ce que nous devons avoir ce sont les stratégies pour que nous travaillions de manière à profiter de ses alliances que nous pouvons avoir parce que le monde entier parle de la masculinité positive. Et nous avons des hommes positifs qui peuvent accompagner le combat de la femme, mais nous devons être debout », a-t-elle précisé.

Irène Esambo appelle les femmes à une profonde réflexion, à monter les stratégies à pouvoir renforcer les alliances entant que femme, mais surtout les alliances avec les hommes.

« C’est seulement en étant lié aux hommes que notre combat aura un sens et que nous pouvons dire demain ne sera pas comme hier ni aujourd'hui », a-t-elle conclu suivi des ovations des délégations des femmes de plusieurs pays africains.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *