Kasaï Oriental : l'UDPS dément son soutien au gouverneur déchu

UDPS/Siège fédéral de Mbuji-Mayi. Ph de tiers.

L’union pour la démocratie et le progrès social, UDPS/Tshisekedi, Fédération de Mbuji-Mayi a dans un communiqué daté du vendredi 17 septembre portant la signature de son secrétaire exécutif fédéral, Michel Ilunga Katompa, démenti avoir organisé une marche jeudi dernier pour réclamer le retour du gouverneur déchu Jean Maweja Muteba à la tête de la province Kasaï Oriental.

Le comité fédéral précise que cette marche organisée pour exiger le retour d'un gouverneur dont sa déchéance est déjà confirmée par la cour constitutionnelle, ternie l’image de l’UDPS qui prône l’État de droit en République Démocratique du Congo.

" L’Udps n’a pas organisé une quelconque manifestation pour réclamer le retour de Monsieur Jean Maweja Muteba. L’affaire de Monsieur Jean Maweja Muteba est déjà close. La cour constitutionnelle a déjà rendu public son arrêt. Et les arrêts de la cour constitutionnelle sont considérés comme un verset de la bible qu’aucun chrétien ne peut ni soustraire ni ajouter quelque chose ", a déclaré Michel Ilunga Katomba, secrétaire exécutif fédéral chargé de la communication.

Ce parti présidentiel semble avoir tourné définitivement la page Maweja, car il dit attendre pour l'instant l’organisation prochaine des élections du futur gouverneur de la province du Kasaï Oriental.
" De notre côté, nous attendons la publication d’un calendrier par la CENI pour l’élection d’un nouveau gouverneur du Kasaï Oriental ", renchérit ce cadre de l'UDPS dans sa communication.

Il sied de signaler qu’un groupe des jeunes se réclamant de l'UDPS ont manifesté dans les rues de Mbuji-Mayi jeudi 16 septembre dernier, exigeant le retour de Jean Maweja Muteba à la tête de province du Kasaï Oriental. Les éléments de la police déployés sur terrain ont réprimée cette marche au niveau du rond-point de l'étoile. Ils ont par ailleurs interpellé certains manifestants qui prononçaient des injures à l'égard des nouvelles autorités provinciales.

Albert E. Ngandu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *