Kasaï Oriental : la LUCHA exige des sanctions "sévères contre des policiers auteurs des meurtres"

Quelques militants de la LUCHA. Ph de tiers

Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA), section de Mbuji-mayi, a dans un message parvenu ce vendredi à la rédaction de Election-net.com, dénoncé les bavures des agents de sécurité, policiers et militaires, qui ont atteint le pic au Kasaï oriental.

Dans ce message, la LUCHA cite les cas de 3 meurtres par balles commis dans l’espace de 60 jours par les agents de sécurité. Le dernier en date a été perpétré la semaine dernière, au marché Odia David situé dans la commune de Bipemba où un policier a tiré sur un conducteur de vélo.

" Au bout de 60 jours, la province du Kasaï Oriental enregistre plus de 3 cas de tueries à balles réelles des policiers, censés protéger la population, le dernier en date est le meurtre d’un jeune homme chargeur survenu suite à l’altercation avec un policier qui le traquait pour n’avoir pas porté le masque et a tiré sur l’homme qui a succombé sur le champ " , peut-on lire dans ce communiqué.

Par ailleurs, la LUCHA section de Mbuji-Mayi évoque l’assassinat d’un creuseur par un militaire commis à la garde de la société SACIM, dans le territoire de Miabi, et le meurtre d’un jeune écolier par un policier lors d’une manifestation des étudiants de l’ISTM en juin dernier.

La Lucha condamne avec fermeté, ces crimes odieux et invite l’Auditeur Supérieur Militaire à diligenter les poursuites judiciaires pour infliger des sanctions sévères et exemplaires aux auteurs directs et indirects de ces tueries.

Par ailleurs, la Lucha invite la gouverneure de province intérimaire Jeannette Longa Musuamba à réfléchir deux-fois avant de prendre n’importe quelle décision. Car, poursuit-elle, " ce crime crapuleux intervient au moment où les services de sécurité sont encore dans la phase pédagogique de sensibilisation de la population au respect des gestes barrières. Déployer les policiers sur terrain pour faire observer les gestes barrières doit se faire dans l’intérêt et pour le bien-être de la population, sa santé et sa sécurité ".

Enfin, le mouvement citoyen lutte pour le changement section de Mbuji-Mayi demande à toute la population d'être mobilisée pour exiger la justice pour les citoyens tués.

Albert E. Ngandu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *