Kasaï Central : plusieurs acteurs du système éducatif se réjouissent du démantèllement de la mafia orchestrée au SECOPE

Plus de mille écoles fictives ont été découvertes sur les listings de paie du ministère de l’enseignement primaire, secondaire et technique, agréées sur base des faux arrêtés ministériels peu après d’être désactivées au mois de Mars 2021 sur demande du Premier ministre sortan. cette situation a suscité des réactions à travers le pays. C’est notamment L’association des parents d’élèves des écoles conventionnées catholiques (APEEC) , cette structure mélange un sentiment de désolation et de joie. Son vice-président Joseph Aimé Crispin Kalume s’interroge sur le rôle que jouait le service de SECOPE avec ses contrôles après chaque paie . Cette position pousse ce parent à conclure que c’est le complot qui caractérisait l’ancien régime où les gens touchaient indûment les salaires.

“Pendant que nous sommes entrain de mener des plaidoyers pour que les enseignants soient pris en charge efficacement, nous sommes surpris d’apprendre que plus de mille écoles, autant d’écoles fictives faisaient partie du système de paie. Dans un État de droit,le mal doit être découragé,si le gouvernement ou la justice veut mettre les points sur les i dans un domaine, nous ne pouvons qu’encourager. Nous parents, nous sommes fatigués de prendre en charge les enseignants, nous voulons que l’État congolais prenne ses responsabilités comme prescrite dans la constitution pour l’effectivité de la gratuité de base. Nous saluons les efforts de la justice qui a commencé le travail de nettoyage dans le secteur de l’enseignement. Nous voulons que les enquêtes et interpellations aient jusqu’au bout parcequ’il y a beaucoup d’intruis et fictifs qui continuent à recevoir indûment les salaires en lieu et place de ceux qui travaillent. Nous comprenons que le contrôle de SECOPE n’était que pour protéger ses frères et sœurs parceque après paie,les agents de SECOPE descendent dans les écoles pour faire le contrôle physique. Pourquoi,il n ‘ya jamais eu de telles dénonciations” s’inquiète t-il.
Toutes fois,ce parent invite les responsables des institutions scolaires frappées par cette décision à entamer le processus normal d’obtention de l’arrêté ministériel afin de soulager les conditions de vie de leur personnel.. Cette décision a été salutaire pour Jean Malys Lungala, responsable de la ligue de la zone Afrique pour la défense des droits des enfants et élèves LIZADEEL qui reste sceptique quant aux conséquences de cette radiation en pleine année scolaire. Il émet en cause la situation sociale des enseignants qui se verraient privés de leurs salaires ce mois sans transition. Il en appelle au gouvernement Congolais à mettre en place une commission de suivi de cette désactivation afin de réhabiliter les chevaliers de la craie concernés.

Jean-Claude Shamois Baks à Kananga