Kasaï-Central : le ministre des Droits humains déjà à Kananga


Le ministre national en charge des Droits humains, Albert Fabrice Puela est arrivé cet avant-midi à Kananga en provenance de Kinshasa, pour un séjour deux jours. Il y présidera la cérémonie d'inhumation de dix corps exhumés du village de Tshisuku dans le territoire de Kazumba.


Quelques instants après son arrivée, Albert Fabrice Puela a annoncé à la presse la volonté du gouvernement central de mettre un accent particulier, sur le respect des droits de l'homme et la réparation de victimes des violences et des violations de droits de l'homme à travers la RD Congo.


«Monsieur le président de la République, Son Excellence Félix Tshisekedi met un point d'honneur sur les droits de l'homme. Il s’est passé des atrocités indéfectibles dans cette province particulièrement à Tshisuku. Il est important grâce à la Monusco que nous puissions conjurer le sort, panser les plaies et organiser le deuil. On a eu à identifier les corps qui étaient ensevelis dans une fosse commune et nous allons remettre les restes de corps aux différentes familles afin qu'elles fassent le deuil», a souligné le numéro un des Droits humains en RD Congo.


Albert Puela pourrait également mettre à profit son séjour au Kasaï Central pour s’imprégner des conditions de détention de personnes dans différentes maisons carcérales .


Selon Albert Puela, l'Etat tient à communier avec les familles de victimes des atrocités perpétrées au Kasaï entre les années 2016-2017. «Nous sommes membres du gouvernement en charge des droits humains.

Nous allons aussi visiter nos compatriotes qui sont pensionnaires de la prison de Kananga, voir dans quelles conditions ils vivent et pouvoir échanger avec le gouverneur et les différents autres responsables », a-t-il souligné.


Notons que la cérémonie d'inhumation des dix corps exhumés de Tshisuku, se déroulera demain sur place à Kazumba où un mausolée a été construit avec le financement de la Monusco.


Jean Claude Shamois