Kasaï Central : Le fondateur de l'ACK condamne les violences au Stade de Jeunes de Kananga

Vue aérienne de la ville de Kananga, photo de tiers

N’ayant pas digérés le résultat de match nul de zéro but partout face à l’AS Kilimandjaro de Likasi, les fanatiques de l'Union Sportive Tshinkunku, ont violemment agressés, les joueurs du camp adverse, le 26 mai 2021 au Stade de Jeunes de Katoka de Kananga.

Réagissant à l’agression de joueurs de l’AS Kilimandjaro, le fondateur de l'Athlétique Club du Kasaï (Ack) Kenir Kenandi Ngandu, a fermement condamné le sort réservé aux visiteurs qui ont quitté le stade sous une pluie de projectiles.

Le fondateur l’Ack a qualifié de «barbares» les actes posés par les supporters de Corbeaux Kanangais. «La violence sous toutes ses formes est condamnable par les lois du pays parce que les conséquences de la violence sont désastreuses. l'État de droit voudrait qu'il y ait la primauté du droit. Les spectateurs, les officiels et tous ces gens qui viennent au stade, ne viennent pas pour se faire «caillasser». Mais ils viennent pour vivre la fête du football parce que le sport a une thérapeutique. Ca soigne», a déclaré Kenir Kenandi.

Le président sponsor de requins bleus Kanangais qui redoute la fermeture de la seule infrastructure sportive de Kananga à cause de la résurgence de violences, dans cette structure, appelle l'opinion publique sportive kasaïenne à adopter la culture de fair play. «Nous n'avons que ce petit stade qui existe, à la faveur de l'Ack, St Luc et Tshinkunku. Il y a des clubs visiteurs qui viennent. Nous quand nous allons au Katanga, on ne nous a jamais jeté des pierres. On a gagné beaucoup de matchs là-bas, on a jamais été inquiété par quelqu'un. Personnellement, j'insiste pour que les services de l'ordre puissent s'impliquer. Si la police est débordée, l'armée peut intervenir. Le sport traîne un monde de la jeunesse et son encadrement est indispensable», a-t-il conclu.

Rappelons que l'US Tshinkunku, l'Ack et St Luc évoluent dans la deuxième division de la Ligue nationale de football (Linafoot) dans la zone de développement Centre Sud.

Jean Claude Shamois