Kasaï Central : Des statistiques alarmantes sur la vulnérabilité des enfants retournés d'Angola

Monique Ngalula Kapajika, coordonatrices respectivement de la pastorale enfance missionnaire au site des retournés d'Angola, photos de tiers.

La pastorale enfance missionnaire et l'ONG Femme main dans la main pour le développement du Kasaï ( FMMDK) , deux structures de la société civile du Kasaï Central alertent sur la vulnérabilité des enfants dans le camp des retournés d'Angola.

Ces deux organisations qui appellent au soutien et à la solidarité en faveur de ces enfants installés avec leurs parents au village Nkonko, à près de 15 km de la ville de kananga, déplorent les conditions dans lesquelles la vie y est menée.

" Dans ce camp des retournés d'Angola on note 67 enfants malnutris dont 31 filles, 25 enfants orphelins dont 15 filles, 40 enfants non accompagnés dont 25 filles , 120 enfants en âges scolaire non scolarisés dont 76 filles, 220 enfants n'ont pas accès à l'école depuis leur retour par manque du nécessaire dont 103 filles. Devant un tel tableau sombre , qui peut rester insensible ?" s'interroge la coordonatrice de la pastorale enfance missionnaire, Monique Ngalula Kapajika.

Le week-end dernier, ces deux structures en visite dans ce camp des retournés ont remis des vivres et des non vivres aux enfants; Don qui s'est effectué en marge de la journée des droits de l'enfant africain.

Nathalie Kambala et Monique Ngalula, coordonatrices, respectivement de l'ONG Femme main dans la main pour le développement du Kasaï et de la pastorale enfance missionnaire ont invité plusieurs bonnes volontés à les emboiter le pas.

Van Frédéric Tshilanda