Kasaï Central : Des journalistes parmi les victimes des tracasseries militaires à Demba

Des journalistes parmi les victimes des tracasseries militaires à Demba

Les militaires en divagation dans le territoire de Demba font la loi en commettant plusieurs dérapages dans cette partie de la province du Kasaï Central, située à 65 km de la ville de Kananga.

Ces dérapages sont entre autres ; les arrestations arbitraires, détention illégale, payement d’amendes en nature ( chèvres, argent,cultures, marchandises…) et tracasseries routières.

Parmi les personnes arrêtées les dernières 48 heures, deux journalistes Joël Mbombo et Hubert Kabue, oeuvrant à la radio télévision Kakuidi Tshioto, une chaîne appartenant au député national Rombault Kalombo ont été copieusement tabassés par ces hommes en uniforme aux environs de 21h à la hauteur du quartier Lusanga1 alors qu’ils quittaient la station pour la maison.

Ces confrères disent avoir brandi en vain leurs cartes de service et ces éléments de FARDC ont réussi leur coup en ravissant une somme de 72.000 FC de la poche du journaliste sportif de RTKT Hubert Kabue avant de leur relâchement.

À leur tour, les journalistes de RTKT Demba ont constaté une dizaine de gens majoritairement des motards déshabillés, air hautain.

Ces professionnels de médias qui déplorent l’attentisme et la passivité des autorités territoriales et services de sécurité, sollicitent l’implication des autorités compétentes afin de préserver la paix et sauvegarder l’unité devenues denrées rares dans cette entité, il y a un mois .

Notons qu’au terme d’un conseil tenu en fin de semaine dernière dans la cité, l’administrateur du territoire de Demba a nié la présence des éléments de FARDC dans son entité et a précisé que ceux qui opèrent dans le secteur de Lombelo et différents coins sont en séjour irrégulier, sans mandat de leur hiérarchie.

Une affirmation qui met en péril le chef de secteur précité qui avait un jour organisé un groupe des volontaires pour la perception de la ration des militaires.

Plusieurs députés ont dénoncé, depuis le début de l’an 2021 la multiplicité des barrières illégales dans cette entité sous l’œil impuissant des autorités attitrées.

Jean Claude Shamois