Kalemie: droits de l’Homme bafoués à Kabimba

Au CIFDH de KABIMBA à Kalemie

Ecouter cette information

Au regard des conditions humaines dans lesquelles la population de KABIMBA vit, il y a nécessité de chercher à les améliorer.

Dans ce chef lieu de territoire de Kalemie, l’ignorance plane dans le comportement vital de la population. Les droits de l’Homme sont violés et par la population et par certains dirigeants de différents services étatiques.

Le chef du centre d’information et de formation sur les droits de l’homme (CIFDH) qui est une structure locale, la seule dans la défense des droits de l’homme à KABIMBA et ses villages environnants, dénonce un taux élevé des viols et violences sexuelles mais qui se font en toute ignorance. Cela se prouve par des mariages précoces conclus sur autorisation parentale ou par le biais des grossesses précoces et/ou non désirées.

Un autre cas dans le cadre de droits de l’homme est celui des arrestations arbitraires qui s’accompagnent de la détention illégales, et ce, dans les conditions carcérales les plus inhumaines (mauvais état du cachot et un seul pour homme et femme à la fois).


Les détentions illégales se justifient par l’absence du parquet près le tribunal de paix qui pouvait faire son travail après que la PNC ait épuisé son délai légal de détention préventive.

En dehors de cela, un membre de la société civile qui requiert l’anonymat parle d’une tracasserie exagérée au port de KABIMBA.
Il dit ” les militaires marins commis à la garde au port font payer trois mille francs congolais à tout passager embarqué dans une pirogue, ou boat qui vient des villages environnants de KABIMBA. Cette somme d’argent n’est ni taxe, ni impôt,elle ne se justifie pas donc !”

Face à cette situation, il est impérieux que le gouvernement provincial fixe son œil sur ce coin afin d’aider la population qui crie à la tracasserie.

Nathan MUGISHO,Président PDST