Jacques Ndjoli sur la dissolution de l'Assemblée nationale: «… on ne peut pas interdire à Madame la présidente de prendre position»

Le débat sur la dissolution de l'Assemblée nationale est loin d'être bouclé dans la classe politique congolaise. Si plusieurs ont condamné la La sortie médiatique de la présidente de la chambre basse du parlement vis à vis du président Tshisekedi, quelques-uns tentent de soutenir la position de Jeannine Mabunda.

C'est le cas du professeur Jacques Djoli, le député MLC indique que la présidente de l'Assemblée nationale avait raison de rappeler les dispositions constitutionnelles car , pour passer à la dissolution,il y'a des conditions dit-il.

"On ne peut pas interdire à Madame la présidente de prendre position. Le président s'étant prononcé sur une question qui concerne l'Assemblée nationale, une question fondamentale liée à la dissolution de l'organe. cette question ayant fait l'objet d'une discussion particulière entre le président ,la présidente de l'Assemblée nationale et celui du sénat, je crois que madame la présidente avait raison de donner son point de vue en rappelant les principes du droit constitutionnel, surtout les contraintes de cette mesure " a déclaré sur la radio Top Congo FM , l'ex vice président de la CENI qui rappelle que la dissolution de l'Assemblée Nationale est une procédure constitutionnelle qui est encadrée. En cas de dissolution par exemple, il faut avoir les moyens d'organiser les élections dans les jours 60 jours qui suivent.

Lors de son séjour à Londres ,Felix Tshisekedi devant la diaspora congolaise avait évoqué une possible dissolution de l'Assemblée Nationale au cas où la crise persistait entre le gouvernement et le parlement, le président de la République n'a pas manqué à mettre en garde tout ministre qui s'évertuerai à bloquer son action.

Patrick Félix Abely

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *