J.O. Tokyo 2020: 20 athlètes dont 14 africains écartés pour dopage

Marcela Matshu Sakobi face à Nesthy Petecio en 16eme de finale des JO de Tokyo. Ph. Tiers

À 36 heures du lancement des épreuves d'athlétisme pour le compte des jeux olympiques, vingt athlètes, dont 14 Africains, ont été disqualifiés de ces épreuves pour ne pas avoir totalement respecté les règles en matière de contrôle antidopage.
Cette information a été rapportée par l’Unité d’intégrité de l’athlétisme ce jeudi 29 juillet.

Sur cette liste des sanctionnés, on note les athlètes d’Ethiopie, du Kenya, du Maroc et surtout du Nigeria dont le nombre des représentants inéligibles est de 10.

Au total 7 pays n’ont pas rempli les conditions requises en matière de contrôles antidopage dont la Biélorussie compte 3 représentants déclassés, l’Ethiopie 1 seul, le Kenya 2, le Maroc 1, l’Ukraine 3 et surtout le Nigeria avec un fort record de 10 athlètes.

Les athlètes concernés interpellent les autorités sportives plus particulièrement World Athletic et l'AIU à revoir cette décision.

« Les athlètes ne sont pas fautifs dans cette affaire. S’il vous plaît, nous avons besoin de votre aide pour savoir comment nous pouvons effacer ça afin que nous puissions tous les dix concourir», a déclaré la championne d’Afrique du lancer du disque, la Nigériane Chioma Onyekwere, première concernée, sur Tweeter.

Frustrée par cette nouvelle, la Super Star de l'athlétisme nigérian, Blessing Okagbare, déverse sa colère sur les autorités sportives de son pays.

« Je l’ai déjà dit et je le répète. Si vous ne connaissez pas le sport, si vous n’êtes pas passionné par lui/nous (les athlètes), alors vous n’avez rien à faire là en tant qu’administrateur. Le système sportif au Nigeria est tellement défectueux et nous, les athlètes, sommes toujours à la merci des dommages », a lâché cette athlète.

Taz Mayimona Russell

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *