Ituri : L’impact des violences touche 2,8 millions de personnes, alerte MSF

Les populations fuyent leurs villages à cause des combats entre les FARDC et les groupes rebelles à Sake au Nord-Kivu le 30 avril 2012. © MONUSCO/Sylvain Liechti

Médecins sans frontière MSF en sigle, alerte sur l’impact des violences incessantes sur plus de 2, 8 millions de personnes dans la province de l’ituri, en République Démocratique du Congo.

La coordinatrice d’urgence de cette organisation sanitaire corrobore son allégation en décrivant les conditions de vie de 26 000 personnes déplacées internes dans la localité de Boga en territoire d’irumu depuis avril 2020.
Cette précarité est qualifiée”d’inacceptable” vis-à-vis de l’épanouissement alimentaire.

“ces gens manquent de tout : accès aux soins, nourritures, abris à l’hygiène.il n’y a rien, tout est à faire, installé dans les camps improvisés, les familles s’entassent dans des huttes de fortune. L’accès à la nourriture et à l’eau y est limité”, souligne Amande Bazerolle, sa coordinatrice dans un document parvenu à l’élection-net.com.

Les violences sexuelles sévissent également à Boga. Cette ONG précise qu’à l’espace d’un mois, cette structure a pris en charge 67 victimes des abus sexuels.

<< Ces femmes se sont faites agressées par des hommes armés,sur la route ou dans champs qu’elles cultivent. Terrorisées, elles n’osent plus s’y rendre. Que certaines continuent prendre de tels risques, montrent à quel point elles sont acculées pour survivre et leurs familles”, renchérit le document.

Rappelons-le, l’abandon des champs considérés comme une principale source alimentaire dans des familles rurales aggrave la malnutrition et leur dépendance à l’aide alimentaire.

John Mary ndika depuis kpandroma