Ituri : Des sujets chinois accusés d'exploiter abusivement les minerais à Mambasa

Une cargaison de minerais quitte Kolwezi (© Enet, Stanislas L.)

La Coordination de la Convention pour le Respect des Droits de l'homme (CRDH) en territoire de Mambasa en province de l'ituri alerte sur l'exploitation abusive des minerais par les sujets chinois.

Cette structure de défense se pose des questions de savoir l'utilité de l'entreprise artisanale appartenant aux chinois.

" Qui bénéficie alors de cette exploitation abusive nous imposée par les sujets chinois en territoire de Mambasa ? Il s'agit d'une poignée de personnes. Or l'article 58 et 59 de la même constitution sont claires.<< Tous les congolais ont le droit de jouir des richesses nationales. L'Etat a le devoir de les redistribuer équitablement et de garantir le droit au développement" note, le maître John vuleveryo, chef d'antenne adjoint de la CRDH.

Les sujets chinois ne sont non seulement accusés de l'exploitation illicite des matières précieuses mais aussi de la torture des journaliers congolais travaillant dans leurs carrières minières.

Elle se justifie de 12 plaintes réceptionnées contre cette entreprise orpailleuse à l'espace de trois semaines.

" Dans l'espace de trois semaines seulement 12 plaintes viennent d'être enregistrées dans le bureau de la CRDH antenne de mambasa. Les plaignants sont tous des travailleurs journaliers. Ceux-ci se plaignent d'être plusieurs fois victimes des actes de tortures et traitement cruels. Pas plus tard que le 20 avril dernier vers 12 heures locales, au motif de n'avoir pas fait bien son travail monsieur Kamathe Alexis alors qu'il exerçait ses activités quotidiennes en qualité de travailleur au sein de l'entreprise chinoise à pk 16 sur la RN 44 s'est vu ligoter à l'aide d'une corde par un chinois qui s'est surnommé Yannick conjointement avec un élément de la FARDC commis à sa garde connu sous le sobriquet de kadogo" explique-t-il à l'élection-net.com

Par ailleurs, elle appelle ces chinois au respect strict de cahier de charge réciproquement signé avec la communauté locale sur l'exploitation des minerais tout en déclarant que les choses doivent être définies dans le strict respect de la loi congolaise.

" Toute pollution ou destruction résultant d'une activité économique donne lieu à compensation et/ où à réparation" conclut-t-il.

Cette société minière incriminée dans le dossier n'a pas réagi jusqu'à présent, nos efforts pour recueillir leurs versions n'ont pas payés.

John Mary ndika depuis kpandroma.