Insécurité : Kinshasa, Kampala, Kigali, Bujumbura… lèvent les options

Ph.Illustration

Les chefs de renseignements de la République Démocratique Congo, de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi et de la Tanzanie se sont réunis à Bujumbura, la capitale Burundaise pour la quatrième réunion des Chefs des services de renseignement et de sécurité afin de scruter la situation sécuritaire au sein de leurs Etats respectifs. Dans ce communiqué publié le ce 7 juillet, ces superflics ont levé un certain nombre d’options visant à promouvoir la paix dans la région.

Ci-dessous le communiqué intégral

Quatrième réunion des Chefs des services de renseignement et de sécurité du
Burundi, de la République Démocratique du Congo, de l’Ouganda, du Rwanda et
de la République Unie de Tanzanie
5-6 juillet 2021
Bujumbura, Burundi
Communiqué

  1. Les chefs des services de renseignement et de sécurité du Burundi, de la République
    Démocratique du Congo (RDC), de l’Ouganda, du Rwanda, et de la République Unie de la
    Tanzanie ont tenu leur quatrième réunion le 6 juillet 2021 à Bujumbura, au Burundi), en vue de
    l’examen et de l’adoption du plan d’action du Groupe de contact et de coordination (GCC). Cette
    rencontre a été précédée d’une consultation des experts qui s’est tenue le 5 juillet 2021 dans la
    même ville.
  2. La réunion a été facilitée par l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Union Africaine (UA),
    la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) en tant qu’Institutions
    Garantes de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République
    Démocratique du Congo et la région. Le Mécanisme National de Suivi de la RDC, la Mission de
    l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en en République Démocratique du Congo
    (MONUSCO) et le Mécanisme Conjoint de Vérification Élargi (MCVE) de la CIRGL ont
    également pris part à la réunion.
  3. Tout en exprimant leur gratitude à S.E. M. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la
    RDC, pour avoir accepté d’abriter la cellule opérationnelle du GCC à Goma, les chefs des services
    de renseignement et de sécurité ainsi que les représentants des Institutions Garantes de l’Accordcadre ont réitéré l’impératif d’une approche globale pour la neutralisation des forces négatives.
  4. La mission du GCC en tant qu’instrument clé de ladite approche est d’identifier et de mettre en
    œuvre les mesures non militaires complémentaires à une action militaire renforcée des États de
    la région. Les participants ont souligné la nécessité pour le GCC d’œuvrer en complémentarité et
    cohérence avec les mécanismes nationaux, régionaux, et internationaux existants.
  5. Les chefs des services de renseignement et de sécurité ont examiné et adopté le plan d’action du
    GCC pour une durée de deux ans. Les axes d’intervention de ce plan d’action sont notamment :
    i) la facilitation des processus de désarmement et de rapatriement des forces négatives via une
    approche impliquant les communautés locales et la société civile ; ii) la prévention de la
    résurgence des forces négatives à travers la lutte contre les réseaux d’approvisionnements en
    armes, en troupes et en finances ; iii) le renforcement des programmes de Désarmement,
    démobilisation et réintégration (DDR) ; iv) le renforcement de la coopération transfrontalière en
    vue de générer des opportunités économiques visant notamment les jeunes.

2

  1. Les participants ont convenu que l’adoption du plan d’action constitue la première étape concrète
    de la mise en œuvre de l’approche globale visant la neutralisation des forces négatives dans la
    région des Grands Lacs.
  2. Ils ont également convenu que les experts détachés à la cellule opérationnelle qui est chargée de
    la préparation et de la mise en œuvre de la stratégie d’engagement des forces négatives, seront
    désignés et commenceront leurs activités dans un délai d’un (1) mois après l’adoption de ce
    communiqué.
  3. Un atelier technique consacré à l’examen du mode opératoire et du financement des activités de
    la cellule opérationnelle sera organisé à Goma au mois d’août 2021.
  4. Les chefs des services de renseignement et de sécurité ont convenu de maintenir ce cadre de
    concertation et ont décidé de tenir leur cinquième réunion à Kigali, au Rwanda.
  5. Les participants à la réunion ont exprimé leur profonde gratitude au Bureau de l’Envoyé Spécial
    des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, au Bureau du Représentant Spécial de l’Union
    Africaine pour la région des Grands Lacs et au Secrétariat exécutif de la CIRGL pour leur soutien
    continu à la coopération sécuritaire régionale.
  6. Les participants ont rendu hommage à l’Ambassadeur Basile Ikouébé, Représentant Spécial de
    l’Union Africaine pour la Région des Grands Lacs pour sa contribution à la mise en œuvre de
    l’Accord-cadre, notamment dans le domaine de la coopération sécuritaire.
  7. Les chefs des services de renseignement et de sécurité ont remercié le Gouvernement de la
    République du Burundi pour l’accueil exceptionnel ainsi que l’hospitalité accordée à leurs
    délégations respectives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *