Insécurité à Nyiragongo : la société civile dénonce les tireurs de ficelles

Plusieurs notables, défenseurs de droits humains et chefs coutumiers de Bukumu dans le territoire de Nyiragongo au nord-Kivu sont victimes de l'insécurité grandissante dans cette partie de la province. L’alerte est de Mambo Kawaya président de la société civile forces vives de Nyiragongo, à l’opinion provinciale, nationale, et internationale.

Dans une déclaration datée du 8 avril 2020, cet acteur de la société civile justifie la persistance de cette insécurité par la non installation du « vrai mwami » à la tête de la chefferie précitée. Mambo Kawaya dénonce également une main noire de certains groupes qui seraient utilisés pour déstabiliser le territoire de Nyiragongo.

Ainsi, il réitère son appelle aux autorités à prendre cette question avec tout le sérieux pour qu’une solution urgente soit trouvée car cette insécurité a déjà commencé à causer morts d'hommes.

« Depuis 1990, nous vivons dans une insécurité et nous pensons que la population serait sacrifiée par les autorités provinciales qui ne veulent pas installer le chef coutumier de Bukumu. L' insécurité prend une allure plus inquiétante et ce sont les notables, défenseurs de droits humains et chefs coutumiers qui sont visés », A-t-il indiqué, avant de revenir sur la mort tragique du chef de village Kalangala en groupement Rusayu, assassiné dans la nuit du 01 avril 2020 par des inconnus, qui reste selon lui, un des éléments indicateurs de cette montée de l’insécurité.

Il a enfin, condamné le comportement malsain d'un groupe des ‘‘délinquants’’ à tendance tribale se camouflant dans une organisation œuvrant sous des fausses adresses, « réseau communautaire nouvelle vision club ,RC- NVC » qui aurait reçu une mission bien déterminée, celle de déstabiliser le territoire de Nyiragongo, a révélé Mambo KAWAYA.

Prince Bagheni