Insécurité à Beni: Une centaine des personnes tuées par les présumés rebelles ADF (CRDH)

Les atrocités perpétrées par les présumés rebelles ADF dans la région de Beni et ses environs continuent d'être déplorées par les organisations de défense de droits humains.
La Convention pour le Respect des Droits humains (CRDH), est du nombre.

Dans son rapport du mois de mai, exploité par election-net.com, ce jeudi 4 juin 2020, elle note plusieurs violations des droits enregistrée pendant trente jours, notamment les assassinats des populations par balles machette et/ou haches, pillages, incendies des maisons, viols, extorsion des biens et argent de la population et cela suite à l'insécurité grandissante en territoire de Beni.

Cependant, cette organisation alerte l'opinion nationale et internationale sur ce qui se passe dans cette partie du pays, qui selon elle, mérite une attention particulière de la part du gouvernement Congolais et de la communauté internationale, ''puisque la situation va du mal au pire'', déplore t-elle.

Par ailleurs, elle a noté avec amertume que plus de 100 personnes ont péri dans l'intervalle de trente jours, c'est-à-dire au mois de mai, et cela sous l'œil impuissant des Forces de sécurité et de défense qui y sont déployées.

En finissant, la Convention pour le Respect des Droits Humains (CRDH), a demandé au gouvernement Congolais de s'auto-évaluer sur les opérations militaires menées dans la région de Beni depuis le début des massacres signés par les présumés rebelles ADF. Et, aux forces armées de relancer les opérations militaires dans cette zone en proie de l'ennemi.

Et enfin, resserrer le lien avec la population pour une bonne réussite des opérations contre les présumés rebelles ADF.

Prince Bagheni, à Goma