Inde : Encore un étudiant congolais tué par la police indienne à Bangalore

Joël Malu, l'étudiant tué par la police indienne. Ph de tiers.

Un étudiant congolais est décédé le matin de ce mardi 3 août dans la ville de Bangalore en Inde, rapporte des sources concordantes.

Ce qui a poussé ses collègues congolais et africains à en découdre avec cette police, juste après avoir appris la mort de Joël Malu.

"Des dizaines de ressortissants africains de la ville de Bangalore, au sud de l'Inde, ont manifesté, lundi 2 août, devant un poste de police local et ont été violemment réprimés. Ils exprimaient leur outrage après le décès en garde à vue d’un jeune Congolais de RDC, accusé de possession de drogues", rapporte RFI.

Et d'ajouter :

"Des accusations que ses amis considèrent comme montées de toutes pièces".

Selon toujours le média français, la police de Bangalore dit avoir arrêté Joël Malu en scooter, en possession de MDMA, une drogue psychotrope, dimanche dans la nuit. Les agents emmènent ce jeune Congolais de 27 ans au poste et, quelques heures après, il serait mort d’une crise cardiaque.

"Mais ses amis racontent une tout autre histoire. Selon eux, les policiers débarquent chez Joël alors qu’il célèbre un anniversaire. Ils fouillent son appartement, ne trouvent rien, mais lui demandent de l’argent. Il ne peut en donner, donc les agents le placent en détention et réclament une rançon pour le libérer".

Selon Glody Kparagume, un vieil ami congolais de Joël cité par RFI, « Ils [les policiers] avaient demandé au moins 1 500 dollars pour le libérer. On essaie un peu de se cotiser et de voir comment on pouvait trouver un petit rien pour aller négocier. Le matin, en allant là-bas pour commencer les démarches, on nous dit : "Votre frère est décédé". Je ne sais pas ce qui s’est passé, je ne sais pas ce qu’ils lui ont donné », témoigne-t-il.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *