"Il faut s'attendre à d'autres types d'attaques en Centrafrique" selon Mankeur Ndiaye

Un véhicule de la Minusca, la force de l'ONU en Centrafrique, patrouille à Bangui, le 22 décembre 2020. (ALEXIS HUGUET / AFP)

Mankeur Ndiaye est le numéro 1 des nations-unies. L'ex-Ministre des Affaires étrangères Sénégalais est en mission commando à Bangui pour analyser les élections dans ce pays.

A l'en croire, il a fait comprendre "qu'il ne faut pas donner raison à ceux qui ne veulent pas des élections en Centrafrique"."Tout à fait. Nous ne savions même pas qu’il y avait une trêve, parce que nous sommes l’objet d’attaques tous les jours, pratiquement, et nous pensons que les conditions sont réunies pour aller vers les élections." explique le sénégalais, par ailleurs missionnaire des Nations-Unies.

Toutefois, tient-il à préciser, " tout est possible, nous ne l’excluons pas, parce que ces gens n’ont pas encore fini d’agir, parce qu’ils n’ont pas encore réussi. Mais nous sommes là… Avec les renforts que nous avons reçus, nous pensons que nous pouvons faire face". 

Selon Mankeur Ndiaye, ils ont tout fait pour que les élections n’aient pas lieu, cela n’a pas marché." Nous avions prévu, justement, ce genre de situation, parce que Bozizé lui-même savait que sa candidature ne serait pas validée par la Cour constitutionnelle. Donc il s’était préparé à cela. La preuve, c’est qu’il n’a pas attendu la décision de la Cour, le 3. Trois jours avant, il est parti à l’intérieur du pays pour préparer sa riposte. Donc il faut s’attendre à d’autres types d’attaques" poursuit-il.

Mapote Gaye.