Haut-Uele / Viol présumé : Assane Lobia saisit le Procureur Général pour imputations dommageables

Dieudonné-Serge Assane Lobia, conseiller spécial du Gouverneur Baseane Nangaa/ photo Enet JJOW

Selon le contenu de cette plainte signée ce mardi 03 Août 2021, Assane Lobia motive sa démarche en ces termes : "comme vous pouvez le constater, Mr le Procureur Général, en tant que personnalité publique, activiste des droits de l'homme, époux et père de famille, cet état de chose a souillé mon honneur, ma dignité et ma personnalité à travers la ville d'Isiro, la RDC et le monde entier".

Le plaignant indique par ailleurs que l'article publié par laclocherdcinfo le 31 juillet dernier lui imputant le viol sur mineure, était "une cabale politique planifiée et exécutée par un réseau bien identifié dont la démarche vise avant tout à avoir ma tête et, par cette même occasion, souiller l'image de marque du Gouverneur de Province en vue de le fragiliser" . « Les instigateurs qui se cachent derrière un prête-nom, sont bien incapables d’apporter le moindre début de preuve des allégations mensongères et dommageables contenues dans ce tract », renchérit-il.

Il sied également de noter que dans la plainte, on retrouve les noms des personnes à charge desquelles le Conseiller Spécial Assane Lobia demande que des poursuites judiciaires urgentes soient engagées, notamment les sieurs Kamanga Bofendja Timothée, Jean Louis Ehila, Rodrigue Bailanda, Didier Antero, Jonathan Loombe, Paulin Mumbuya Safi, Franck Maluzey et consorts, en plus du média en ligne laclocherdcinfo.

Le plaignant dit être détenteur de plusieurs pièces à conviction, dont des éléments sonores des membres d’une famille que les obscurantistes ont tenté de convaincre à souscrire, à coup de ruse, menaces, chantages, à cette énième cabale politique visant sa personne . Ces éléments sonores qui sont mis à la disposition à la disposition du Procureur Général près la Cour d’appel du Haut-Uele, désignent nommément un sénateur comme étant l’auteur intellectuel de cette dérive extrémiste. On cite également dans cette audio le nom d’un certain Sylvain Masudi, agent de la section droits de l’homme de la MONUSCO, dont on connaît les accointances avec une officine politique du Haut-Uele.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *