Haut-Uele : un député dénonce une vague d’arrestations arbitraires à Faradje

Étienne Andrito Alendo, député provincial. Ph. Tiers

Le député provincial Étienne Andrito Alendo l’élu du territoire de Faradje monte au créneau pour dénoncer les conditions carcérales qui se font sentir dans cette partie de la République caractérisées par les arrestations arbitraires et appelle les autorités compétentes à trouver des solutions idoines le plutôt possible.

Il l’a fait savoir dans un entretien exclusif accordé à election-net.com ce mardi 20 avril.

Cet élu confirme que la population se plaint et se pose des questions de savoir si réellement le territoire de Faradje est congolais par le fait que beaucoup de dérapage sont constatés dans les chefs commis dans cette entité.

Pour lui, ces dérapages sont dû notamment aux arrestations arbitraires, les conditions inhumaines de détention, le payement des amandes en nature ( chèvre, mouton, poule, riz, arachides, or…) ou argent sans preuve de paiement, ingérence de la police dans les affaires coutumières mais également le recrutement des jeunes garçons du milieu et les vêtir avec des vielles tenues, parfois déchirées,…

Il précise que les causes sont dues par l’absence de tribunal de paix dans ce territoire et le parquet près le tribunal, mais aussi le recrutement abusif des policiers, niveau douteux de certains OPJ… Conséquences : la population n’a plus confiance à la justice, car cette dernière l’appauvrit à faveur des OPJ confirme Étienne Andrito.

À cet effet, il propose aux autorités judiciaires et policières tant nationales que provinciales la permutation de certains OPJ dans le tribunal de paix de faradje qui ont fait plus de 5 ans dans une même place comme s’ils étaient des chefs coutumiers, organiser de temps en temps un séminaire de renforcement de capacités à faveur des policiers en général et OPJ en particulier.

Il propose également de payer régulièrement ces policiers et OPJ et revoir leur salaire à la hausse et que l’état congolais doit s’occuper de la justice.

Dieu-merci Betima depuis Isiro