Haut-Uele : tout savoir sur la succession du pouvoir Coutumier dans la chefferie Mayogo Magbaie [Exclusif]

Justin Somana ,nouveau chef de chefferie Mayogo Magbaie

Ecouter cette information

Le chef de la chefferie  Mayogo Magbaie,  en territoire de Rungu province du Haut-Uele rappelle qu’il est chef coutumier désigné par la famille  régnante.  Justin Somana, invite le ministre provincial de la Justice du Haut-Uele  à éviter le dossier dans lequel il soutient son oncle, Lianganda Somana Odi-Mabiangama pour diriger cette entité et créer une confusion dans l’opinion pour faire croire qu’il est un ayant droit pourtant pas faux.

Dans une interview accordée à Election-net, l’élu de Rungu dit avoir été désigné dans le respect strict des textes légaux régissant le pouvoir Coutumier en RDC.

En voici le contenu intégral de cette interview

Election-net : Mr Justin Somana ,vous êtes chef de la chefferie de Mayogo  Magbaie, Liyanganda, un de votre antagoniste au conflit du pouvoir coutumier vous accuse d’avoir usurpé sa chaise à la tête de votre chefferie que vous aviez hérité de votre père Léon Somana , Quelle est votre réaction ?

Justin SOMANA : Merci beaucoup Monsieur le journaliste d’abord pour la présence, et d’avoir la bonne volonté de m’appeler, pour éclairer l’opinion par rapport à tous ceux qui se passent et qui se disent sur les réseaux sociaux qu’il ya conflit de pouvoir coutumier en chefferie de Mayogo Magbaie que je ne reconnais pas ;  

Premièrement, je vais commencer à remercier le bon Dieu parce qu’il est écrit dans la bible que toute autorité vient de Dieu. Alors, je saisis cette occasion en tant que chrétien pour dire que toute bénédiction est toujours combattue, moi je suis préparé pour ça, né et grandi dans une bénédiction. Si quelqu’un est béni, il va être objet d’un Combat ; Aujourd’hui on commence à parler de la chefferie de Mayogo Magbaie dans un mauvais sens, de conflit du pouvoir coutumier.

Cette chefferie est une des entités du territoire de Rungu en province du Haut Uélé, elle est parmi la chefferie la plus stable de la province depuis sa création, on n’a jamais connu un cas de conflit coutumier chez nous en chefferie, je suis désolé par rapport à tous ceux qui veulent créer , Je ne connais pas ce Lianganda jusqu’à ce lundi et je ne l’ai jamais rencontré, il ne me connait pas aussi, malgré tous ces racontars qu’on est en train de faire sur les réseaux sociaux. Ce Monsieur je ne le connais pas alors par rapport à ce conflit; mon intronisation comme chef de la chefferie de Mayogo Magbaie, s’est faite aux yeux de tout le monde devant le gouvernement provincial et les autorités de la province des autorités du territoire et des autres chefferies confondues.  

Pour répondre par rapport à la version de monsieur Lianganda, je vais vous donner une petite historique de la chefferie Mayogomagbay.  Cette chefferie a été reconnue par l’homme blanc, l’État, et le pouvoir public en 1910. Ce qui veut dire qu’il y a eu d’autres chefs de chefferies avant 1910, mais comme la chefferie n’était pas reconnue, leurs noms ne sont pas repris dans la succession des chefs coutumiers qui ont dirigé la chefferie Mayogo Magbaie; Le premier chef était reconnu parce que la chefferie était reconnue, documentée par les Belges en 1910. C’est pour cette raison que nous disons toujours que la chefferie a été créée en 1910. Le premier chef de la chefferie n’était même pas mon père, après c’est mon père qui venait de décéder en juin 2010, il a régné pendant 55 ans. Il fut le 7ième chef de la chefferie et moi je suis le 8ième. Avant mon père, il y a eu succession de 6 autres chefs. En 1910, le premier chef Mabandania a régné de 1910 en 1924, le deuxième; fils de ce premier chef a régné de 1924 en 1933. “Mandiangama dont Lianganda réclame la lignée, a dirigé cette chefferie de 1933 en 1939. Il n’assumait presque l’intérim du chef Ntumu, fils du premier chef. C’est pour cela dans notre succession on écrit chef Ntumu premier, chef Ntumu deuxième. Ce chef a commencé a dirigé à moins de 20 ans. Les blancs lui ont fait faire des formations pour mieux gérer la chefferie. Il a donné son pouvoir à son frère Madiangama . Après sa formation, le chef Ntumu était revenu pour récupérer son siège. Mandiangama n’a pas créé des problèmes. Il a fait une démission reconnue par un arrêté de commissaire public. Ntumu a ensuite donné le pouvoir à Somana premier qui a regné de 1942 à 1944. Mabiangama était encore là mais ni lui ni ses fils n’ont reclamé le pouvoir. Mon père a pris le pouvoir le 15 février 1965. Moi j’ai commencé à dirigé depuis 2007, je faisais l’intérim de mon père qui était devenu député provincial. J’étais désigné alors qu’il était encore au pouvoir. Je porte actuellement la tenue traditionnelle, avec le chapeau de mon père. Je ne l’ai pas acheté comme le fait ce Somana Lianganda. Mon père était malade pendant trois  mois. Lianganda était où pour réclamer le pouvoir s’il était vraiment désigné ? Après la mort de mon père, j’étais désigné par la famille regnale pour le succéder. Il y a même le procès-verbal de désignation qui est là-devant vous. Je ne peux pas parler au hasard, sans fondement car le processus de devenir chef commence par là. La désignation ne se fait pas à Kinshasa. 

A présent, tout est politisé mais moi je ne crains pas toutes ces manipulations ; parce qu’il y a qu’un seul chemin pour devenir chef de chefferie. Ce pouvoir, on ne l’octroie que par la famille régnante. Il n’y a pas deux chemins. Moi je n’ai pas de problème avec Lianganda car le dossier de ma désignation se trouve au niveau de la hiérarchie. Le processus est fini. Il n’y a pas deux familles régnantes, il n’y a qu’une seule. Qui va prendre en compte tout ce qu’il dit ?

Election-net : Malgré ces dissensions au sein de la famille régnante, vous continuez d’être optimiste pour une issue favorable, sur quoi tient votre conviction ?

Justin Somana: Je suis optimiste, sûr que la famille régnante de Mayogo Magbaie ne commettra pas une erreur de donner le pouvoir encore à une autre personne. Notre loi est là, notre statut des chefs coutumiers est là, il stipule que le pouvoir coutumier ne part que du père au fils. Lianganda n’est même pas dans la lignée. Après Mandiangama, il y a eu succession de 4 chefs ! J’ai confiance à la famille régnante, Cette chefferie est ma base électorale, il n’y a même pas moyen de me déstabiliser là-bas même quand je ne suis pas là.

Election-net: à un certain moment, vous semblez accuser le gouvernement provincial du Haut-Uele d’être à la base de la résurgence de cette crise qui ne date pas d’aujourd’hui, peut-on avoir une idée sur ça ?

Justin Somana : Avec cet incident de Lianganda j’ai parlé de quelques membres du gouvernement provincial qui instrumentalisent ce Conflit. Il y a des preuves qu’ils sont derrière ce dossier. Il m’accuse de créer une rébellion. On demande à la cour d’appel de descendre sur terrain pour vérifier. La loi est très claire lorsqu’il y a conflit, il y a une commission permanente pour le régler. J’ai condamné cet acte de m’avoir accusé à la cour d’appel. On n’a pas de problème avec le gouverneur de province, on a eu à échanger. Le travail continue. Tout est fini.

 Election-net : vous êtes promoteur de quelques projets dans votre province via la fondation Justin SOMANA ,notamment le bâtiment administratif du territoire de RUNGU bénéficiez-vous d’un appui pour réaliser tous ces projets?

Justin Somana : J’ai beaucoup des projets que j’ai entrepris en province du Haut-Uele. Dans ce projet, je ne bénéficie d’aucun soutien. Je le fais parce que je suis acteur de développement. J’ai gagné beaucoup de marchés dans cette fondation. Je construis des écoles, j’ai gagné des marchés sur la réhabilitation des centres de santé, etc. J’ai fait tout ça avant que je ne sois député. Je me demanderai le soutien quand je vais finir ce que je suis en train de faire. Pour mieux les présenter.  Le territoire de Rungu n’a pas encore jusque-là des bureaux administratifs, depuis sa création. Je suis en train de construire. C’est un premier bureau que je suis en train de construire en tant élu du territoire. Après cette construction, nous ferons également autres choses. En dehors de ça, j’ai construit deux écoles, un bloc opératoire, une maternité, etc. 

Mon premier projet était un projet agricole. Je soutiens la production du café et cacaô. Je suis acteur du développement, je maintiens ma position. Je continuerai de diriger la chefferie selon la volonté du très haut. 

Election-net : enfin, quelles sont vos ambitions notamment pour votre chefferie qui dispose d’importantes richesses, ?

Justin Somana : “Mes ambitions, c’est premièrement booster l’économie de la chefferie, nous avons commencé par l’agriculture pour renforcer l’économie. En dehors de l’économie, mon ambition, c’est la recherche des ressources minières parce que dans notre chefferie, il y a beaucoup de minerais”

Propos recueillis par Patrick Félix Abely