Haut-Uele :la population appelée à désister au paiement d’une taxe fictive sur l’environnement à Watsa

Les habitants du district du Haut-Uele, en République démocratique du Congo. Ph Petekmulle

Ecouter cette information

Le ministre provincial de l’Agricuture, pêche, Élevage,Environnement, Développement rural et Tourisme du Haut-Uele Raphaël Marie-Masoki invite la population du territoire de Watsa à résister face au paiement de la taxe fictive instituée par le service de l’environnement à Watsa ,appelée jeton de prélèvement statistique des charbons des bois et des bois de chauffage.

Au cours d’une interview exclusive accordée ce vendredi 20 novembre 2020 à élection-net.com

Raphaël Marie-Masoki confirme que la province du Haut-Uele ne reconnaît pas cette taxe pour plusieurs raisons, d’abord par le simple fait d’avoir une taxe ou un impôt il faut qu’il soit prévu par la loi, et pour le cas d’espèce, cette taxe ne figure pas dans l’ordonnance du chef de l’État qui fixe les différents actes, ensuite, ni dans l’édit provincial qui fixe aussi les différents actes et en fin elle ne se retrouve non plus dans l’Arrêté qui doit fixer les taux des différents actes au sein de la province du Haut-Uele.

” Nous disons tout simplement que c’est une taxe fictive, non reconnue, instituée seulement pour rationner la population qui pratique ses petites activités économiques” précise Ministre

Pour ce faire , d’une manière formelle Raphaël Marie-Masoki a demandé au service de l’environnement de n’est pas appliqué cette taxe et promet de declacher une procédure administrative en vue de voir clairement par rapport à ce qui s’est passé dans ce territoire pour que les différents auteurs impliqués dans cette pratique mafieuse soient identifiés et qu’ils subissent la rigueur de la loi.

Toutes fois, il invite l’Administrateur du Territoire de Watsa à accompagner le gouvernement provincial en faisant en sorte que là où il y a les points de lavage des mains que plus jamais ce jeton ne soit plus vendu à la population.

Il faut noter que, selon le média en ligne Orientalinfo.net consulter par election-net.com ce vendredi, la FEC Watsa s’insurge contre la tracasserie fiscale en général et en particulier du service de l’environnement qui impose unilatéralement au quotidien des taxes aux opérateurs économiques avec des imprimés de valeur peu crédible.

Ce média, la FEC confirme que ça fait pratiquement un mois que ce service exige 1000rc/ sac suis charbon de bois contre un simple jeton, ce ci dans plusieurs points de lavages mains notamment à Aungba, Kokoro, pont Kibali, initialement érigées (barrières) pour cause de Covid-19.

Dieu-merci Betima depuis Isiro