Haut Uélé: Joseph Mandi condamne l'exploitation du bois à grande échelle à Wamba

Exploitation du bois à Wamba


Le rapporteur de l'Assemblée provinciale du Haut Uélé Joseph Mandi est monté au créneau pour condamner avec la toute dernière énergie, l'exploitation du bois à grande échelle à Seléselé, localité située à 35 km du chef-lieu du territoire de Wamba, dans la chefferie Mahaa.

Il appelle en outre, les autorités provinciales à y veiller avant que le pire n'arrive.
L’élu de Wamba a lancé ce cri d'alarme dans un entretien exclusif accordé à élection-net.com, le jeudi 20 mai 2021.


Pour lui, l’exploitation à grande échelle faite par la communauté nande dans cette partie de la République, risque de générer des conflits interminables avec la population riveraine.


Surnommé par les siens «L'homme du développement de Wamba», Joseph Mandi confirme qu’il a dénoncé à plusieurs reprises, ce fléau auprès des autorités provinciales, mais sans succès. «Il y a belle lurette, j'avais organisé une rencontre avec la société civile de Wamba, le Fonds forestier national (Ffn) de Wamba, les chefs coutumiers pour en savoir un peu plus. Pas plus loin, j'avais initié une question orale au chef de division provinciale du Ffn du Haut Uélé, pour connaître un peu sur la mise en place de ce service», a-t-il confié à election-net.com.


Il a en plus ajouté : «Ce qui se passe dans le territoire de Wamba, laisse à désirer car, ces exploitants détruisent les routes de déserte agricole et ne pensent même pas au reboisement lorsqu'ils coupent les bois. Moins encore à la génération future. Conséquences: la population devient pauvre et il y a disparition des espaces dans la forêt».


Par ailleurs, Joseph Mandi a déploré aussi, le fait que la population riveraine ne se retrouve pas dans cette exploitation criminelle du bois. En effet, les exploitants utilisent leurs frères comme main d’œuvre, au mépris du cahier de charges qui soutient qu’ils doivent donner du travail aux autochtones et développer des infrastructures du point de vue social comme les écoles, les structures hospitalières, etc.


Contacté à ce sujet par election-net.com, le gouvernement provincial par l'entremise de son ministère de l'Environnement, reconnaît effectivement, qu'il se pose à différentes échelles, le problème de l'exploitation du bois dans la localité de Seléselé, mais également dans d'autres territoires que compte la province du Haut Uélé.


Le ministère provincial de l’Environnement confirme aussi qu'il est en possession d’un ordre de mission élaboré par le gouverneur de province. Ce document a comme objectifs de procéder au contrôle de la régularité de l'exploitation artisanale du bois, afin de maximiser les recettes provenant des établissements présents dans les 5 territoires, plus la ville d'Isiro, excepté celle de Watsa.


Dieu-merci Betima, depuis Isiro