Haut-Uele /Covid-19: Controverse autour des cas positifs dans la province

l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) à Kinshasa. Ph. ENET/Patrick Abely

Ecouter cette information

Une certaine confusion s’est installée depuis ce lundi dans la comptabilité des cas positifs au coronavirus dans la province du Haut-Uele.

Selon le bulletin d’information de l’équipe nationale de riposte contre la pandémie en République Démocratique du Congo, la province compte 4 nouveaux cas confirmés de la Covid-19.

Ce qui ferait 7, les nombres des personnes contaminées depuis le 21 juin dernier, date de la déclaration de la maladie dans le Haut-Uele par le Gouverneur Christophe Baseane Nangaa selon le bulletin quotidien du comité national de riposte basé à Kinshasa.

Mais ces données présentées par l’équipe du célèbre virologue Jean-Jacques Muyembe entrent en contradiction de celles présentées par l’équipe provinciale de riposte contre la Covid-19 coordonnée par le ministre de la santé publique, Norbert Mandana.

“Nous avons 8 cas de coronavirus confirmés. Au par avant, nous avions 4 cas , aujourd’hui il y a eu 4 nouveaux cas qui viennent de s’ajouter. Ce qui nous fait le total de 8 cas”, a-t-il déclaré devant la presse ce lundi.

Il n’y a pas une contradiction, nous sommes en train de reporter les données réelles qui nous sont parvenues au niveau de l’INRB Goma. Il s’est fait qu’avant le dernier résultat qu’on nous avait envoyé par rapport aux 4 nouveaux cas, il y avait une écriture qui n’était pas claire qu’on avait pas mis le nom, mais nous avions mis les initiales de la structure où était ce patient, c’est ce qui a fait à ce qu’au niveau national, il n’avait pas considéré ça directement, mais nous on avait envoyé l’échantillon et nous avons écrit à l’INRB mobile de Goma pour nous préciser sur la situation de cette personne qui portait les initiales d’une structure mais curieusement elle était positive“, a expliqué Norbert Mandana.

L’INRB Goma nous a renvoyé son dossier et nous nous nous sommes rendus compte que ce que on avait pris comme initial , c’était par rapport à la structure sanitaire là où le patient était suivi et c’était le centre hospitalier de Kibali mais ce patient avait un nom et son résultat était positif. C’est ce cas là qui n’a pas été pris en compte au niveau national parce que ça laissait un peu de spéculation, mais après qu’on ait échangé avec Goma, il nous a confirmé que c’était réellement un cas positif, c’est ce qui fait qu’il y a un petit décalage, mais nous, on le prend normalement, c’est comme ça que nous avions 4 cas et avec les 4 nouveaux cas, nous totalisons 8 cas“, a-t-il poursuivit.

Pour Norbert Mandana, les résultats du seul cas suspect dont les échantillons prélevés ont été acheminés vers le laboratoire mobile de Goma devront être connus sous peu. Mais jusqu’à présent, le ministre s’en tient au bilan de 8 cas confirmés, zéro cas d’alerte, zéro cas de décès, zéro cas probable et 106 contacts suivis depuis le début en attendant l’identification en cours des autres personnes contactes.

Il a également fait savoir que les 4 anciens cas suivent normalement leur traitement tandis que les 4 nouveaux avaient été déjà mis en quarantaine et sont également en traitement au centre de prise en charge d’Aungba non loin de la cité de Durba.

Au sujet du confinement annoncé du camp Doko, le ministre de la santé du Haut-Uele révèle que des pourparlers entre ses équipes et responsables de la société minière Kibali, propriétaire de la mine, aujourd’hui épicentre de la pandémie dans la province.

“Les gens qui sont à l’extérieur du camp, nous allons analyser leur cas, car nous sommes en urgence sanitaire et pendant la période d’urgence, nous devons nous attendre au service minimum”, a-t-il prévenu.

Dieu-merci BETIMA depuis Watsa



MENU