Haut-Uele : Ce camouflet de l'EciDé à Isiro

La fédération provinciale du parti politique, Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (EciDé) de l'opposant Martin Fayulu Madidi a sensibilisé la population de la ville d'Isiro, chef-lieu de la province du Haut-Uele pour une marche de protestation contre l'exécutif provincial.

En dépit de la sensibilisation qui a duré des jours, la marche semble avoir connu un fiasco, car seuls les trois organisateurs ont répondu présents à leur propre invitation dans une ville de plus de 200.000 habitants.

Mais malgré ce déconvenue, les organisateurs ont foncé jusqu'au portillon de l'Assemblée Provinciale afin d'y déposer un "mémorandum" dans lequel on pouvait lire, grâce aux réseaux sociaux, certaines allégations telles que les démolitions des constructions anarchiques sur l'emprise publique qui n'auraient pas respecté la procédure ; la taxation des opérateurs économiques qui se ferait en l'absence d'un consensus ou encore l'installation des postes de péage à des distances irrégulières sans oublier la gestion des finances publiques. Mais buttés par l'absence d'un répondant, les organisateurs ont préféré glisser leur document sur le trottoir avant de reboucher chemin.

"Il faut être animé de mauvaise foie pour répondre à l'initiative de ces jeunes gens. Comment expliqueriez-vous qu'une marche politique ne puisse rassembler que seuls ses organisateurs dans une grande ville comme Isiro ? En plus, quand ils disent que le Gouverneur est incompétent ou manque de leadership, avions-nous déjà vus dans cette province d'importants changements comme c'est le cas aujourd'hui ? Je pense que c'est du passe-temps et la population l'a bien compris raison pour laquelle, elle n'a jamais prêté oreille à ces gens", commente un notable tenancier d'une entreprise de transport interrogé par election-net.com dans la commune populaire de Mendambo.

"Il est quand-même irrationnel pour un parti n'ayant même pas un seul représentant au sein d'un hémicycle dont il conteste la légitimité de demander le départ du Gouverneur via ces mêmes députés provinciaux. La cohésion de nos institutions politiques provinciales à la base de la stabilité politique et du dynamisme économique actuel n'arrange pas les détracteurs du pouvoir en place en mal de positionnement qui utilisent tous les moyens pour manipuler les jeunes gens afin de se tirer les dividendes politiques. Mais le peuple sait où se trouve la vérité. La gestion participative axée sur le résultat instaurée par le Gouverneur Christophe Baseane Nangaa depuis 2019 fait que le Haut-Uele est devenu, au bout de deux ans, la locomotive du développement dans l'espace grande Orientale. Les engins de génie civil acquis sur fonds propres qui ont permis le désenclavement de la province, la création d'un parc automobile pour la province, la construction en cours d'une vingtaine des bâtiments publics ainsi que des nouvelles cités et bien d'autres actions concrètes sont les preuves éloquentes de l'émergence de l'entité que seuls les organisateurs manipulés depuis les officines politiques basées essentiellement à Kinshasa ne voient pas. En outre, il n'y a que dans cette province où les représentants d'une formation politique classée comme étant de l'opposition radicale se coaliser avec ceux venant des partis au pouvoir et de l'opposition parlementaire au niveau national dans le seul but de combattre un pouvoir sur la seule base : la haine et la jalousie. En lieu et place des idées novatrices pour changer le quotidien de nos populations. Allez-y leur poser la question sur leur programme alternatif, vous trouveriez qu'il n'y a rien de tel raison pour laquelle les auteurs intellectuels ces tentatives n'osent pas s'afficher au risque de s'attirer la colère populaire", a fait remarquer un des proches du Gouverneur joint par la rédaction.

Prince Bagheni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *