Haut-Uele : Ce calvaire des usagers de la RN25

Route Nationale 4 dans la partie de la province de l'ituri ©photo de tiers

Le tronçon qui fait peiner les usagers de cette route nationale, c'est celui compris entre Bayenga au point kilométrique 141 d'Isiro et le point kilométrique 25 de Niania, soit environ 60 kilomètres.
On compte sur ce tronçon très dégradé, une dizaine de grands bourbiers où les véhicules sont embourbés.

L'Office des routes qui aurait, selon des sources concordantes à election-net.com, reçu le financement d'environ 200. 000 dollars américains du Gouvernement central pour la réhabilitation de cet axe précité peaufine encore des stratégies avant de se jeter à l'eau. Confronté à la vétusté de ses engins mais aussi à leur insuffisance, l'OR semble ne pas rassuré les usagers qui sollicitent l'implication des pouvoir publics principalement du Gouvernement central.

"Que le Président de la République intervienne ou s'appuie sur le Gouvernement provincial en qui a ses engins et qui fait ses preuves à travers la réhabilitation des routes à travers le Haut-Uele pour décanter cette situation car nous souffrons", lâche Mado, une commerçante approchée par election-net.com à Bayenga.

"Cela fait 3 jours qui nous sommes embourbés ici, ce petit véhicule n'arrive pas à se tirer du bourbier. Avec les pluies quasi quotidiennes de ce dernier temps, la situation risque de s'empirer si rien n'est fait par nos autorités", a déclaré Éric, conducteur de moto en provenance de Kisangani.

Il faut dire par ailleurs que cette route nationale numéro 25, Isiro - Niania via Wamba longue de 232 Kilomètres, est d'intérêt économique très important pour la République, par ce qu'elle relie les trois provinces de l'Ex Orientale notamment le Haut-Uele, l'Ituri et la Tshopo.

Rédaction

1 thought on “Haut-Uele : Ce calvaire des usagers de la RN25

  1. Vraiment, c'est compliqué. Pourquoi les efforts ne devraient ils pas être conjugués par ces 3 provinces bénéficiaire des retombées de cette route? D'où part les recettes des taxes générées par la route? On y note aussi des barrières illégales avec des tracasseries incroyable. Vraiment cette route de l'enfer mérite une attention particulière et urgente des autorités. Je me rappelle avoir passé deux jours dans les embourbements sur ce tronçon il y a de cela deux mois. Jusqu'où vas ce pays mon Dieu!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *