Haut-Uele / Bandayi-Mege : Ce que nous ne savions pas de l'opération

DURBA

La province du Haut-Uele, particulièrement la cité minière de Durba en territoire de Watsa était le théâtre d'affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants contre la démolition des habitations illégales érigées dans les périmètres miniers de la société Kibali Gold Mine. Ces échauffourées enregistrées le vendredi, 22 Octobre 2021 se sont soldées par d'importants dégâts déplorés par le commissariat urbain de la Police Nationale Congolaise de Watsa qui a, par ailleurs lancé un avis de recherche pour tenter de retrouver les instigateurs locaux de la manifestation.

Alors que les opérations de démolition avaient été suspendues par le Gouverneur de Province, Christophe Baseane Nangaa qui a lancé un appel à la retenue en direction de ses concitoyens tout en promettant d'établir les responsabilités dans cette affaire, les tenanciers des officines politiques localisées tant à Kinshasa que présentement en province continuent la campagne de sape contre l'autorité provinciale et son Gouvernement au motif que l'opération n'avait pas été préparée.

En recourant dans les annales de cette affaire, l'on s'aperçoit que ce dossier de la "zone d'exclusion B" qui comprend les villages de Banday et de Mege où environ 1000 maisons avaient été identifiées, il nous revient que la firme Kibali Gold Mine avait bel et bien désintéressé les occupants avec la série d'indemnisations et de délocalisations d'où la qualification des illégaux car ces derniers sont à tout égard des récalcitrants qui exigent à la société de revenir à la charge.

Après deux (2) mois de sensibilisation débutée en mars dernier pour inviter les familles à libérer les périmètres légalement acquis par la multinationale, l'équipe d'Isiro (environ 330km de Durba) composée des ministres Provinciaux des Mines, Ismaël Ebunze Magadi, de l'Intérieur, Crispin Alibu Uwete, de la Justice, Pascal Kotaïko Adipenza, des Affaires Foncières, Bruno Tetey Ndiama, des membres du comité provincial de Sécurité, du Procureur Général, des conseillers, des chefs des Divisions spécialisées, de l'Administrateur du Territoire de Watsa, des Autorités locales (coutumières), de la Société Civile, de l'Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) ou encore de certains partis politiques dont l'Union pour la Démocratie et le Progres Social, UDPS qui avait presque fini son travail.

"Le Peuple d'Abord" = "Le Haut-Uele d'Abord"

Il n'a cessé de le rappeler ce slogan de campagne pour son élection, d'abord comme Député Provincial, Sénateur puis Gouverneur. Malgré la régularité du contrat de la firme Kibali sur ces concessions, Christophe Baseane Nangaa avait levé l'option de porter assistance à ses concitoyens avec quelques facilités pour permettre la réinstallation de ses occupants illégaux comme, lui-même avait lors de la délocalisation des occupants de l'emprise publique d'Isiro avant leur installation à CAPSA.

Parmi les facilités fournies ont peut citer :

  • Un terrain borné ainsi que les documents cadastraux;
  • Le forage d'eaux dans les sites;
  • Le lotissement de trois cités modernes (Cfr. CAPSA) avec des avenues, des rues, de l'électricité et autres;
  • Matériaux de construction notamment des tôles, des madrillers, des clous distribués sur les sites de construction, une première dans l'histoire de délocalisation.

Les pyromanes

Alors que l'opération de démolition était à ses dernières heures dans la paix totale, l'équipe a été surprise par des appels à la mobilisation contre cette dernière lancé par certains noms connus dans la contrée.

Ils se recrutent dans tous les milieux, dans toutes les classes sociales. Élus, "société civile" exploitants artisanaux d'or mais aussi ceux n'ayant aucun lien avec Bandayi ou encore Mege qui se sont incrustés au dernier jour d'une opération délicatement menée pour jeter du l'huile au feu après des "réunions nocturnes" ( Cfr le communiqué de la PNC) pour mobiliser la population contre les membres de la commission et l'opération elle-même. Alors que la vie avait repris ses droits dans cette bouillonnante cité, les pêcheurs en eaux troubles convergents à Durba en vue de faire les yeux doux aux populations pourtant résolument décidées de libérer ces concessions privées.

En gardien des droits et libertés des personnes que de leurs biens en tant que le représentant du chef de l'État dans le Haut-Uele, le Gouverneur de Province, Christophe Baseane Nangaa n'entend pas cracher sur l'État de droits chèrement acquis et consolidé par le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo tout insistant sur la nécessité de tenir compte de la dignité humaine à tout prix.

election-net.com/Cellule de Communication/Gouvernorat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *