Haut-Katanga : un autre rapport accable les autorités sur la gestion de la redevance minière

Le gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula. Ph de tiers.

Un peu plus de trois ans après la révision du code minier en République démocratique du Congo et la perception de la redevance minière par les autorités provinciales du Haut-Katanga, on peut toujours s’interroger « à qui profite cette manne financière ? » s'est interrogé Jeff Mbiya, journaliste d'investigation qui a mené l'étude. Et la réponse est sans ambages: "les informations sur sa gestion semblent être totalement frappées du sceau de secret d’Etat", a-t-il répondu.

Dans ce rapport parcouru par Election-net.com, "le constat sur terrain montre que l’affectation de la redevance minière et d’autres revenus du secteur minier collectés par la Province du Haut-Katanga ne cadre pas, dans la majorité des cas, avec les objectifs leur assignés par les textes qui les créent", relève ce document.

"A ce sujet, on peut également citer la taxe provinciale d’intervention en matière de réhabilitation des infrastructures urbaines de voirie et drainage ainsi que la taxe incitative à la création des unités locales de transformation des concentrés", est également touchée.

"Tout semble verrouillé dans le Haut-Katanga en ce qui concerne cette question de la redevance minière "révèle cette étude. Au cabinet du Gouverneur tout comme au sein de l’administration Provinciale il est extrêmement difficile sinon impossible d’obtenir des informations fiables. Nous avons tenté de nous tourner vers l’Assemblée provinciale qui est l’autorité budgétaire, mais elle se trouve trop souvent ignorée dans toutes ces transactions en violation de la loi sur les marchés publics".

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *