Haut-Katanga : le doute s'installe sur le rapatriement ou pas du corps d'Antoine Gabriel Kyungu Wa Kumwanza

Des femmes en pleurs dans l'attente de l'arrivée du corps d'AG Kyungu/ ph tiers

L'attente de l'arrivée de la dépouille d'Antoine Gabriel Kyungu Wa Kumwanza président de l'UNAFEC devient de plus en plus longue à Lubumbashi ce mercredi.

Les délégations qui ont afflué à l'aéroport de la Luano commencent à regagner leur domiciles sur une note de déception. Mais beaucoup restent toujours attendant d'accueillir le Baba du Katanga.

Pendant ce temps, les activités ont tourné au ralenti cet après midi au centre-ville de Lubumbashi et dans la commune de la Kenya, fief de l'UNAFEC. A la Kenya, certains affrontements ont été signalés entre des jeunes se réclamant de l'Unafec.

Les opérateurs économiques expatriés, les indiens, principalement ont fermé leur commerces par peur des actes de pillages selon les bruits de couloirs très répandu dans la ville.

Face à ces scènes de paniques, le président fédéral intérimaire de la JUNAFEC a rassuré que les jeunes du parti de Kyungu Wa Kumwanza ne sont pas impliqués dans ces désordres. Il promet de s'occuper de tous les semeurs des troubles.

" C'est un jour de tristesse pour l'Unafec. Et nous voyons des gens mal intentionnés qui en profitent pour semer des troubles. Les opérateurs économiques doivent travailler normalement. Et la population doit circuler librement. Partout où vous constaterez des désordres, appelez nous et nous allons faire appel à la police pour s'occuper de ces gens" a dit Zazou Kaboulo

Et de rassurer

" Le chef de l'État arrive pour enterrer le Baobab,le père du Katanga. Tout celui qui s'avisera de semer du désordre regrettera si nous l'attrapons. Nous refusons le désordre. Chers Katangais venez et allons enterrer le Baobab. L'Unafec n'est pas morte bien au contraire, elle vient de commencer" a insisté le président fédéral de la JUNAFEC.

Antoine Gabriel Kyungu est décédé samedi 22 août 2021 en Angola, sa dépouille est attendue ce mercredi à Lubumbashi.

Chris Lumbu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *