Haut-Katanga/EPST: fini la grève des enseignants des écoles publiques

Photo d'illustration des élèves dans une salle de classe. Photo Orientalinfo

Ecouter cette information

L’intersyndicale des enseignants a levé le mouvement de grève déclenché depuis lundi sur l’ensemble de la province du Haut-Katanga depuis lundi. C’est au cours d’une assemblée générale, la troisième de la série en l’espace d’une semaine, que les délégués syndicaux ont décidé de surseoir la cessation d’activités.

Cette décision prise à l’unanimité par intervient à la suite de deux jours de discussions entre les délégués syndicaux avec les autorités politico-éducationnelles. Mais tout est loin de finir les problèmes demeurent, Guillaume Banza Mokili porte-parole de l’intersyndicale annonce la création d’une commission

“Il y a une commission qui sera créée pour étudier les desiderata des enseignants. Pour ce faire, l’intersyndicale vient de lever le mouvement de grève aujourd’hui pour reprendre cours le lundi 19 octobre et un document sera déposé auprès de ladite commission pour que tout au plus tard le 30 octobre les solutions idoines puissent apparaître au profit des enseignants. Dans le cas où ce ne sera pas fait, l’intersyndicale se donne le droit de reconvoquer les délégués syndicaux pour une évaluation par rapport à ce que la commission aura eu à faire. En bref, nous venons d’arrêter la grève aujourd’hui et dès lundi que les parents envoient leurs enfants à l’école et les enseignants seront là pour les recevoir” a-t-il dit.

Les enseignants réclament des bonnes conditions de travail. Cela passe entre autres par la résolution de la question des nouvelles unités. La province du Haut-Katanga reste en difficulté.

Nous avons des problèmes à tous les niveaux que ce soit au niveau primaire ou au niveau secondaire. Au niveau primaire, les 58 000 NU qui seront payées, ce sont des NU qui se retrouvent dans les 10 provinces ciblées par la banque mondiale et la province du Haut-Katanga n’est pas concernée et pourtant là-bas aussi il y a des NU. C’est pourquoi la commission va travailler sur la globalité pour nous proposer des solutions concrètes qui vont donner satisfaction aux enseignants afin qu’on ne puisse plus retomber dans la situation qu’on vient de connaître” a insisté le porte-parole de l’intersyndicale Guillaume Banza Mokili

Par rapport aux nouvelles unités, les regards sont désormais braqués sur les résolutions seront prises dans cette commission ad hoc. Et les syndicalistes restent sur le qui-vive “ Si dans cette commission les nouvelles unités ne sont pas pris en charge, l’intersyndicale sera en droit de reconvoquer l’assemblée le 30 octobre pour évaluer et donner sa dernière décision.” a expliqué Banza Mokili.

Chris Lumbu