Haut-Katanga/Approvisionnement des produits pétroliers : Didier Budimbu déçu

Didier Budimbu (en avant plan). Ph cellcom Min hydrocarbures.

Accompagné d'une délégation composée des responsables d'entreprises opérant dans le secteur pétrolier, le ministre des Hydrocarbures, Didier Budimbu, s'est rendu dans le Haut-Katanga et dans le Grand Kasaï. Ce voyage avait pour objectif de s'imprégner en profondeur des réalités de son secteur notamment du processus d'importation des produits pétroliers à Kasumbalesa point frontalier entre la RDC et la Zambie.

Le tour du propriétaire effectué, en forme de visite d'inspection, l'a conduit à la Direction générale des douanes et accises (DGDA). Le ministre Didier Budimbu est allé s'enquérir du mouvement d'exportation des produits pétroliers. Le numéro un de la douane de Kasumbalesa s'est activé à lui fournir des explications sur le fonctionnement des activités de son ressort. Celles-ci n'ayant pas donné
entière satisfaction concernant le processus de contrôle (viabilité et fiabilité) mis en place par la DGDA dans la vérification des camions citernes commis à la tâche.

Passé la DGDA, le patron des Hydrocarbures a observé une halte à l'antenne de Kasumbalesa de l'Office congolais de contrôle (OCC). Comme lors de l'étape précédente, il a vivement souhaité s'impregner des normes de contrôle. Ici aussi malheureusement, il a fait le constat d'un fonctionnement inadapté aux méthodes de travail en lien avec le contrôle de la qualité du produit pétrolier importé. Assorti du manque de certificat de conformité par ces engins dont les roues se trouvent dans un piteux état, certains avec des chargements de marchandises sur les citernes.

Une situation désastreuse qui ne pouvait nullement emporter l'adhésion du ministre qui a relevé le manque de sérieux dans la tâche qui incombe à ces agents bénéficiant du laxisme de leurs responsables respectifs. La prolifération des entreprises pétrolières qui poussent comme des champignons est venue noircir le tableau déjà sombre : des camions présentant des documents faisant état du transport d'essence alors qu'il s'agit du gazole.
Ce qui, à l'évidence, a poussé le ministre Didier Budimbu à programmer, dans les tout prochains jours, un audit qui aura l'avantage de redresser la barre en vue des exigences réglementaires pour la conformité des entreprises pétrolières œuvrant dans la partie sud de la RDC principalement à Lubumbashi.

Dans l'approvisionnement, le ministre a constaté l'absence d'analyse qualitative et quantitative des produits pétroliers par l'OCC. En plus de la grande faiblesse du système déclaratif douanier s'agissant particulièrement des produits pétroliers pratiqué par la DGDA et l'OCC avec comme conséquence la confusion sur le type des produits. Ce, dans une perspective de la mise en place dans les stations-service des produits pétroliers directement en provenance des frontières.

Poursuivant sur sa lancée, la délégation ministérielle a marqué un arrêt sur le site de FTL, l'entreprise qui devra construire le pipeline qui va permettre la transportation des carburants à l'entrée de Kasumbalesa jusqu'à Kanyaka, village situé à 35 km de Lubumbashi.

Mercredi 20 mai, avant de mettre le cap sur Kinshasa, Didier Budimbu a échangé avec la Fédération congolaise des entreprises du Congo qui lui a transmis le memo des opérateurs économiques du secteur pétrolier avant de visiter les entrepôts opérant localement dans le domaine.

Il sied de noter que, la RDC dispose de trois voies d'entrées principales des produits pétroliers. Il s'agit de la voie ouest par Banana -Matadi-Boma, la voie sud par Kasumbalesa et la voie est par Kasindi, Aru et Mahagi. Il est établi que le système d'approvisionnement des produits pétroliers fonctionne plus ou moins bien à l'ouest, contrairement aux voies sud et est.

Election-net.com/Cellcom Hydrocarbures