Guinée/Sénégal: Alpha Condé vilipende Macky Sall

Alpha Condé s’exprime sur RFI et France 24 en février 2020. Ph. Capture d'ecran. Ph. Tiers

« Tous ceux qui voulaient que la Guinée brûle, nous tous voyons ce qui se passe chez eux » c'est ce qu'a déclaré le président Alpha Conde en visite à Tormélin où il lançait un barrage hydro agricole ce dimanche 28 mars.

Rien ne va plus entre Alpha Condé et Macky Sall. Le président guinéen reproche au Sénégal d'avoir protégé les manifestants dans son pays. A l'en croire, tout a été orchestré à partir du Sénégal.

Pourquoi Alpha Condé ne peut pas supporter Macky Sall? En tout cas, la question taraude l'esprit. Selon plusieurs observateurs avertis, le différend entre ses deux hommes date de longtemps. D'autres soutiennent que Alpha Condé est l'ami de l'ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade.

Le président Condé qui se félicite du calme revenu en Guinée Conakry malgré ce qu'il appelle des complots ourdis pour empêcher la tenue de la dernière présidentielle, a reproché au Sénégal d'être la base arrière de ses opposants. « Tous ceux qui nous insultent, tous ces cris de la « Guinée va brûler », tout se fait à Dakar », a-t-il laissé entendre.

Mais pour lui « tous ceux qui voulaient que la Guinée brûle, nous tous voyons ce qui se passe chez eux. Dieu ne dort pas ». 

Le chef de l'État guinéen fait sans doute allusion aux derniers événements tragiques qui se sont produits au Sénégal en marge de l'arrestation de l'opposant Ousmane Sonko, d'assurer que son pays connaîtra l'émergence. «

Je suis sûr que la Guinée commencera à aller de l'avant, je l'ai dit sur Jeune Afrique, d'ici quelques années, seul le Nigeria sera devant nous en Afrique de l'Ouest. Cela ne plaît pas à certains de nos voisins car ils veulent que la Guinée reste toujours derrière, mais nous irons de l'avant », a déclaré le président guinéen.

Aussi, Alpha Condé s'est prononcé sur le carburant. "D’ailleurs, tous les pays qui nous entourent ont revu le prix du carburant à la pompe à la hausse. Chez nous, le carburant coûte beaucoup moins cher que dans les pays voisins (9000 gnf au lieu de 14.000 chez les autres). Le gouvernement a estimé de revoir le prix à la hausse mais je leur ai dissuadé en disant que le ramadan est à nos portes pour éviter que les denrées de premières nécessités ne grimpent au marché. Néanmoins nous allons prendre une mesure la semaine prochaine. Si nous appréhendons un individu qui achète le carburant ici à 9000 gnf pour aller le revendre à 13.000 gnf ailleurs nous confisquerons sa citerne" fait-il expliquer ce dimanche.

Mapote Gaye