Grève des enseignants en RDC : Tonny Mwaba appelé à arrêter "les intimidations"

Tony Mwaba. Ph de tiers

Depuis le début de la rentrée scolaire 2021-2022, plusieurs enseignants ont décidé de rester à la maison. Et ce, pour réclamer qu'il y ait amélioration de leurs conditions de travail.

Le député provincial Alain Siwako a dans une déclaration parvenue à Election-net.com ce mercredi 6 octobre 2021, estimé qu'au Nord-Kivu, la gratuité de l'enseignement n'existe pas. Cet élu de Beni territoire, précise que ladite gratuité est plus théorique que pratique.

''Les parents continuent à payer. À Goma où je vis je ne connais une seule école primaire publique ou conventionnée où les écoliers étudient sans payer les frais scolaires. Je viens de Beni toutes les écoles primaires font payer pour motif de prendre en charge le personnel N.u mais aussi le fonctionnement des écoles'', a-t-il déclaré

Et de poursuivre :

''[…]la réalité c'est qu'il ya une démotivation des enseignants depuis qu'un forcing s'opère pour la matérialisation de la gratuite d'enseignement. Le traitement de l'enseignant est très inhumain. L'enseignant touche moins de 100$ le mois. c'est 0,003% de ce que touche le ministre national de l'Epsp''

Par ailleurs, il a souligné que la vision ''le peuple d'abord'' reste un simple slogan pour ''distraire''.
''Un régime flatteur et non pragmatique''

''Une école primaire de 6 classes reçoit 94 000fc(47$) comme frais de fonctionnement par mois, nous avons vu des salles de classe sans pupitre dans plusieurs écoles, les chantiers initiés par les comités des parents qui étaient en voie de construction avant la fameuse gratuite sont en train de se détruire par manque de moyens, certains inspecteurs font payer leurs visites aux chefs d'établissements alors que ceux-ci savent qu'il n'y a pas des frais de fonctionnement'', a-t-il révélé.

Enfin, il a demandé au ministre Tony Mwaba de l'Epsp d'arrêter ''les intimidations'' à l'égard des enseignants ''il doit tout faire pour relever les défis qui gangrènent ce secteur. Un ministre arrogant et qui met en conflit toute la population contre le président de la République. Monsieur le ministre la gratuite de l'enseignement n'existe pas, les pauvres parents que nous sommes continuons à payer sous votre régime de promesses et carresses , d'ailleurs ce tâtonnement a sensiblement entraîné un bémol dans le système éducatif.

Si vous voulez aider le chef de l'État, vous devez donc prêter oreilles aux revendications des enseignants et en trouver solution'', a-t-il chuté.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *