Gratuité de l'enseignement : plus de 150.000 enfants regagnent l'école au Kasaï Central

Au moins cent-cinquante mille quatre-vingt-deux enfants au Kasaï Central ont regagné l'école primaire après la mise en œuvre de la mesure de la gratuité de l'enseignement en République Démocratique du Congo.

Il s'agit de nouvelles statistiques qui s'ajoutent sur celles enregistrées l'année dernière et qui ramènent le taux d'accroissement à 32% des effectifs à l'école primaire dans cette province où tous les enfants en âge scolaire n'avaient pas accès à l'école.

C'est le Directeur provincial de l'éducation, Léon TOSWESWE LUINDA, qui l'a révélé à election-net.com, ce jeudi 23 janvier 2020, se préoccupant des besoins qu'entraîne cet afflux pour un enseignement de qualité.

"Nous avons, désormais, les effectifs pleutoriques dans les salles de classes; C'est l'effet inouï de la gratuité de l'enseignement. Cette situation entraîne un besoin en construction d'environ 2.728 salles de classes avec au moins, 295.117 bancs à fabriquer cette année pour garder tous ces enfants qui viennent de s'ajouter. Il faut remplir ce besoin essentiel pour un enseignement de qualité",a-t-il dit à la suite d'un atelier d'échange animé par les membres de la délégation du groupe de la Banque mondiale, conduite par Jean-Christophe Carret, Directeur-pays Afrique de cette institution financière en mission à Kananga.

Le Proved du Kasaï Central qui se dit vivement préoccupé par les menaces de grève des enseignants non payés et de nouvelles unités des écoles agréées de sa juridiction, dit également avoir plaidé pour la prise en charge de ces derniers afin d'offrir, dit-il, "la chance de réussite de cette politique publique en province".

Rappelons que la délégation de Banque mondiale a eu à séjourner dans la province du Kasaï Central notamment à Kananga. Ce, pour s'enquérir des impacts de la politique de la gratuité de l'éducation que l'institution financière mondiale assure vouloir soutenir en partie.

Van Frédéric Tshilanda depuis Kananga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *