Goma : neuf organisations exigent la libération de deux militants de la LUCHA

Quelques militants du mouvement citoyen lutte pour le changement (LUCHA) dans les rues de Goma, au Nord-Kivu, ce mardi 30 juin 2020©prince B./ENET

Dans une correspondance adressée aux autorités ce jeudi 26 août 2021, au total, neuf organisations ont dénoncé la situation calamiteuse des deux militants du mouvement pro démocratie Lutte pour le Changement (LUCHA) en détention dans la prison centrale de Goma MUNZENZE au Nord-Kivu dans des conditions inhumaines.

Les nommés Parfait MUHANI et Ghislain MUHIWA ont été respectivement arrêtés en date du 7 juillet et 23 août 2021 consécutivement à la plainte de la Fondation précitée du 7 juin 2021 pour la simple raison qu’ils sont membres de la LUCHA. Ces organisations, indiquent qu’il y a lieu de ne pas écarter une certaine instrumentalisation de la justice par la partie plaignante compte tenu de sa position, ''car certaines indiscrétions renseignent d’ailleurs que des éléments qui sont venus pour arrêter Monsieur Ghislain MUHIWA, ont dit : « Sala mbangu to kende, awa toza ANR et Police, tolingi probleme te na Mokonzi ya Mboka, pe libanda moto bozo samba naye azo zela biso ». Comprenez en français : « Soyez prêt à partir, nous sommes
présents à ce lieu ANR et la police, nous ne voulons pas de problème avec le numéro 1 du pays et puis là dehors, la personne qui vous poursuit nous attends»'', peut-on lire dans cette correspondance.

Cependant ces organisations condamnent fermement ces arrestations qualifiées d’arbitraires et rappellent que les dénonciateurs, tout comme les lanceurs d’alerte méritent plutôt une protection judiciaire d’une part, mais également la justice devrait exactement
enquêter pour parvenir à déterminer si réellement le présumé détournement est avéré et sanctionner les coupables.

S’inscrivant dans la logique du Président de la République, Félix Antoine TSHISEKEDI, ces organisations demandent au magistrat instructeur de mettre les prévenus en liberté, ce qui n’entravera point la procédure, ''car la constitution congolaise a prévu la liberté
comme règle et la détention comme exception''

Ces organisations signataires sont entre autres : Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme (AEDH) ; Synergie UKINGO WETU (SUWE, Nord-Kivu) ; SOS - Information Juridique Multisectorielle (SOS IJM); Arche d’Alliance (ARAL) ; Haki Zangu ; Réseau de Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme, Victimes et Témoins (VIWINE, Sud-Kivu ; Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI, Sud-Kivu) ; Réseau de Protection des Défenseurs des Droits Humains, Victimes, Témoins et Professionnels des medias (REPRODEV-Kinshasa) ; et enfin le Réseau de Protection des Défenseurs des droits de l’Homme Victimes et Témoins (REPRODHOVIT, Sud-Kivu/Uvira et Fizi).

Pour rappel, après l’éruption du volcan Nyiragongo au mois de mai 2021, la LUCHA via son compte Tweeter avait dénoncé en date du 04 Juin 2021, le détournement de dons destinés aux sinistrés par certains agents de la Fondation Denise Nyakeru TSHISEKEDI au Nord-Kivu. Situation qui coûte l'emprisonnement à ces deux militants précités.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *