Goma : Les soutiens de Martin Fayulu exigent l’audit de la CENI

Quelques militants de la JERVIF en pleine marche pacifique à Goma. ElectionNet © Prince B.

Les militants réunis au sein du Mouvement Jeunesse Engagée pour la reconquête de la victoire de Fayulu, (JERVIF), en sigle, étaient dans les rues de Goma, au Nord-Kivu, ce lundi 22 juin 2020, pour dénoncer tout processus tendant à maintenir à la tête de la commission électorale nationale Indépendante, CENI, une personne qui viendrait dans le cercle du président Corneille Nangaa.

Ce mouvement révèle qu’une série des consultations étaient déjà lancées de façon clandestine pour la désignation d’une nouvelle équipe de cette institution d’appui à la démocratie, en remplacement du comité Nangaa.

Christian Kabemba, Coordonnateur National de la JERVIF, a noté qu’il n’est pas normal que Corneille Nangaa et sa suite, soient remplacés sans qu’il y ait un audit pour que soit justifiée l’utilisation de tous les moyens qui étaient dotés à la CENI.

«Nous exigeons un audit international du processus electoral de 2018, émaillé des fraudes massives et inadmissibles dont le seul but était de protéger le clan Kabila, la justification de la somme de 1 Milliards de dollars dotée à la CENI est une exigence avant de libérer l’équipe de Nangaa… », a-t-il indiqué à election-net.com

Quelques militants de la JERVIF en pleine marche pacifique à Goma. ElectionNet © Prince B.

Par ailleurs, il a demandé la suspension de tout processus tendant à désigner les membres de la CENI jusqu’à ce que des consultations entre les congolais de tout bord sous les hospices de la Communauté internationale ou de la CENCO soient organisée pour mettre de coté tout ce qu’il y a comme facteur de pérennisation de ce qu’il appelle « fraude électorale » en République Démocratique du Congo

« Nous appelons le peuple Congolais à la vigilance et à se lever comme un seul homme pour dire Non à cette tentative de (la)fraude électorale qui n’aura que les mêmes conséquences comme celles que nous vivons aujourd’hui », a-t-il chuté.

Il faut noter qu’aucune arrestation, ni casse n’a été signalé, la marche a débuté au bureau de l’Ecidé, Parti politique de Martin Fayulu, au quartier Murara, pour chuter au centre ville devant la porte du Quartier Général de la Monusco

Prince Bagheni, à Goma